Le CERN va se doter d’un vestibule bleuté

ChantierLa construction de l’esplanade des Particules, sur la route de Meyrin, démarre ce mardi.

Image de synthèse du projet d’esplanade du CERN, dont la construction débute ce mardi. Route, quais et rails resteront à la même place, mais l’ensemble sera homogénéisé.
Vidéo: CERN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le lieu ressemble aux abords d’un vieux supermarché de banlieue, mais cela va changer. A la hauteur du CERN, la route de Meyrin entame ce mardi une sérieuse cure de jouvence avec un chantier qui durera seize mois. Le but est de créer une esplanade de 14 000 mètres carrés sur l’espace séparant l’entrée publique du centre européen de recherche et le Globe de la science et de l’innovation, hérité d’Expo.02. Une gageure, puisque le site est traversé par un axe majeur, la route de Meyrin, qui changera de visage sur un tronçon long de 360 mètres.

La chose a pris du temps. La requalification du tronçon figurait parmi les idées acceptées par la Confédération dans le cadre du tout premier projet d’agglomération, signé en 2007, au terme duquel Berne a accepté de régler une partie des coûts. Ceux-ci totalisent 5,5 millions de francs. Outre la Confédération, le Canton, la Commune de Meyrin et le CERN mettent la main à la poche. L’esplanade des Particules – c’est son nom – sera le premier espace public bâti à Genève grâce aux projets d’agglomération, mieux connus pour avoir cofinancé l’arrivée du tram sur les lieux en 2011.

Une entrée accueillante

Cette réfection a fait l’objet d’un concours, remporté par le bureau tessinois Studio Bürgi. «Meyrin se réjouit qu’une entrée plus accueillante et présentable qu’actuellement soit donnée à la fois au CERN, mais aussi à la commune, au canton et à la Suisse», se félicite Pierre-Alain Tschudi, conseiller administratif.

Chamboulera-t-on tout ce qui a été fait lors du récent chantier ferroviaire? Non. «La route, les quais et les rails restent à la même place, explique Christian Gorce, à la direction cantonale du génie civil. Les niveaux autour de ces éléments existants seront homogénéisés afin de créer un espace public plus fonctionnel. La finition de la place sera recouverte d’une surface bleutée appliquée sur le bitume où seront insérées des plaques de laiton figurant un champ de particules.» Cœur des activités du CERN, la physique élémentaire s’inscrira ainsi dans le sol. Quant à l’aspect azuré, il découlera d’un produit nommé Confalt, marque d’un mortier liquide apposé sur le bitume et poncé. Ce sera sa première apparition dans la région.

Le CERN et le Globe, son lieu d’exposition, reçoivent 120 000 visiteurs par an. Balisée par une couleur inhabituelle, l’esplanade facilitera les traversées piétonnes entre leurs entrées et l’arrêt de tram, malgré la césure que marquera encore dans l’esplanade le trafic de la route de Meyrin. Mais la vitesse maximale sera abaissée de 60 à 50 km/h. «Ce compromis a été jugé suffisant, compte tenu du nouvel environnement qui sera créé et de la nécessité d’assurer la fluidité du trafic sur cet axe primaire cantonal», explique Christian Gorce.

Connection à la voie verte

Le CERN financera une arborisation de part et d’autres du rectangle bleu, ponctué par les bannières des pays membres, tandis que Meyrin fournira du mobilier urbain. Le tout devait être complété par un écran géant où le CERN diffuserait ses innovations scientifiques, mais ce pan du projet a été abandonné, selon l’Etat.

Le parking qui longe actuellement l’enceinte du CERN laissera sa place à des cheminements dédiés aux piétons et cyclistes. Ce tronçon est voué à faire partie de la voie verte qui, un jour, devrait traverser tout le canton d’est en ouest. «Les nouveaux cheminements se connecteront au réseau existant, mais il faudra attendre pour qu’ils s’insèrent dans la voie verte, qui ne sera complétée que dans cinq ou dix ans», prédit Alexandre Malacorda, responsable de l’urbanisme à Meyrin.

Les stationnements voués à disparaître le long du site du CERN sont compensés par un parking de 400 places qui a germé il y a trois ans de l’autre côté de la route, sur une parcelle qui reste classée en zone agricole. Du provisoire qui dure et risque de s’éterniser. «La solution serait de prolonger le tram jusqu’en France et d’y créer un vrai parking-relais», suggère Pierre-Alain Tschudi.

D’un point de vue pratique, les usagers du site n’auront pas à trop souffrir des travaux. La route de Meyrin ne sera pas fermée au trafic automobile, mais des déviations seront imposées. La circulation du tram, des piétons et des cyclistes ainsi que l’accès du CERN seront aussi maintenus. (TDG)

Créé: 17.04.2017, 18h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les cent jours de Trump
Plus...