La Une | Dimanche 21 septembre 2014 | Dernière mise à jour 11:34
Sécurité

La police genevoise se prépare aux attaques de forcenés

Par Sophie Roselli. Mis à jour le 11.12.2012 3 Commentaires

Les 1300 policiers genevois ont suivi cette année une formation pour s’adapter aux menaces extrêmes

Voilà le scénario du pire, auquel la police genevoise espère ne jamais être confrontée.
L’acte de folie perpétré au Parlement de Zoug en 2001 fait partie des risques auxquels sont désormais préparés les policiers romands.

Voilà le scénario du pire, auquel la police genevoise espère ne jamais être confrontée. L’acte de folie perpétré au Parlement de Zoug en 2001 fait partie des risques auxquels sont désormais préparés les policiers romands.
Image: CHRISTOF BORNER-KELLER

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Des tirs retentissent au cœur d’un centre commercial. Des cris surgissent. Des victimes s’effondrent. Le chaos. Un tireur s’est lancé avec détermination dans un jeu de carnage. Comment le stopper? C’est le scénario auquel l’ensemble des policiers genevois ont été confrontés. Plus de 1300 agents ont suivi durant toute l’année une formation pour répondre au mieux à cette situation extrême. Avec l’obligation d’oublier les principaux réflexes enseignés. De quoi dérouter.

Dans le jargon policier, on l’appelle amok. Ce terme malais désigne un accès de folie qui se termine en bain de sang. Pour faire face à ce type de carnage, exceptionnel mais déjà survenu en Suisse (lire encadré), les commandants de gendarmerie romands ont développé en 2010 un concept, validé il y a un an par les chefs des polices romandes. Toutes les forces de l’ordre sont désormais formées. Et un stage de perfectionnement au Québec vient d’être effectué par quatre Genevois et deux Vaudois.

«Nous sommes partis du constat que la procédure policière telle qu’enseignée jusqu’à présent en Suisse romande n’était pas adéquate pour gérer une attaque amok», explique Monica Bonfanti, cheffe de la police genevoise et présidente de la Conférence des commandants des polices cantonales de Suisse romande, de Berne et du Tessin. L’adaptation au risque implique un changement radical de tactique.

Ignorer les blessés

Face à un tireur fou qui vise des tiers et se retranche à son domicile, la police s’occupe en priorité des victimes, procède au bouclage du périmètre, envoie un négociateur. Le tireur amok, lui, procède d’une autre logique: il cherche à faire un maximum de victimes, dans un lieu public. Pas question de se rendre pour ce jusqu’au-boutiste, prêt au suicide. Dans ce cas de figure, chaque minute compte afin d’épargner des vies. Eric Grandjean, officier de presse, décrit l’exercice marquant auquel il a participé: «Quand on arrive sur les lieux, on entend vociférer, pleurer. Mais il faut passer par-dessus les blessés. C’est le plus grand choc. L’objectif consiste à approcher l’auteur le plus vite possible. Ce qui comporte plus de risques. Lorsqu’on aperçoit le tireur, l’arme à la main, il n’y a pas de discussion possible, pas de sommation. Il faut engager.» C’est-à-dire tirer.

«Il n’y a pas d’autre choix pour faire cesser le carnage, précise-t-il. Cela peut surprendre, car depuis notre formation initiale, on nous apprend que le tir est l’ultime moyen de recours.»

La première patrouille agit

Autant dire qu’il ne faut pas se tromper dans le diagnostic de la situation… «C’est la difficulté, reconnaît Monica Bonfanti. D’où l’importance de former tout le personnel.» Quand les premiers appels de détresse surviennent à la centrale d’engagement, celle-ci a la lourde responsabilité de qualifier un cas amok. C’est la première patrouille arrivée sur place qui a pour mission «d’aller au contact» de l’auteur, et ce, sans attendre de renforts. Les gendarmes interviennent alors armés de leur pistolet de service, mais aussi d’une mitraillette. (TDG)

Créé: 11.12.2012, 07h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

3 Commentaires

Frédéric Bastiat

11.12.2012, 09:49 Heures
Signaler un abus 30 Recommandation 17

"La police genevoise se prépare aux attaques de forcenés". On attend de voir le sourire aux lèvres si la réaction des socialistes sera aussi de dire que la police est victime d'un sentiment d'insécurité. Répondre



L'actualité croquée par Herrmann

Genève au fil du temps