La mobilité douce, trait d’union entre deux quartiers

GenèveProuesse architecturale, une passerelle réservée aux piétons et aux cyclistes permet de relier facilement Sécheron aux Nations.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dix ans, c’est le temps qu’il aura fallu aux auteurs du projet pour faire sortir de terre La passerelle de la Paix. Un ouvrage asymétrique composé de sept tronçons, assemblés en mai 2012 par l’une des plus puissantes grues d’Europe. Cette imposante structure de plus de 630 tonnes permet aux piétons et aux cyclistes de relier facilement trois axes entre les quartiers de Sécheron et des Nations.

Construite au-dessus de dix-huit voies de chemin de fer et reliée pour l’occasion à la gare CFF Genève-Sécheron, la passerelle permet aujourd’hui de passer facilement de l’avenue de la Paix à la rue Kazem-Radjavi. Un tronçon reste pour l’heure fermé au public: l’accès au chemin Eugène-Rigot – qui permettra de rejoindre la place des Nations – est en effet indisponible. Il sera mis en fonction à la fin des travaux de la Maison de la Paix, au début de l’année prochaine.

Pierre-Alain Dupraz, architecte et concepteur du projet, n’a toutefois pas voulu faire de cette passerelle un simple point de passage: «Nous avons opté pour un chemin à ciel ouvert, à l’abri de la bise. Tout en restant très à cheval sur les consignes de sécurité, le but était de faire profiter aux personnes qui empruntent ce tronçon d’une vue inédite sur la ville de Genève. C’est aussi un point de passage idéal pour une promenade du dimanche, qui permet aisément de relier la place des Nations à la Perle du Lac.» A noter qu’une liaison avec l’avenue de France a aussi été créée, au pied de la résidence des étudiants, permettant un accès rapide à la ligne de tram 15 Nations-Palettes. Rémy Pagani ne cache pas sa satisfaction lorsqu’il qualifie La passerelle de la Paix d’«œuvre» et d’«exploit architectural». Le conseiller administratif en charge du Département des constructions et de l’aménagement se réjouit aussi de ne plus voir la gare CFF Sécheron-Genève comme un «îlot échoué» au milieu de nulle part. (TDG)

Créé: 07.11.2013, 22h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La sécurité n'est plus le souci majeur des Genevois
Plus...