La Ville ne veut plus ramasser les poubelles au bas des immeubles

VoirieLes habitants pourraient amener eux-mêmes leurs ordures au container le plus proche. Des communes ont franchi le pas.

Les containers à ordures ménagères seront équipés de capteurs. Ceux-ci enverront un signal lorsque la benne sera presque pleine.

Les containers à ordures ménagères seront équipés de capteurs. Ceux-ci enverront un signal lorsque la benne sera presque pleine. Image: E. Gastaldello

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Ville de Genève songe à supprimer les tournées des camions poubelles. Les habitants seraient alors priés d’amener eux-mêmes leurs ordures ménagères au container le plus proche. Le magistrat Rémy Pagani l’a annoncé en début de semaine en dressant le bilan de son intérim de quatre mois et demi à la tête du Département de l’environnement urbain et de la sécurité (DEUS).

«L’idée est de proposer un service plus écologique en réduisant le nombre de transports, explique Raoul Schrumpf, chef de cabinet du DEUS. Les éboueurs ne feraient plus de porte-à-porte et les containers ne seraient vidés qu’une fois pleins grâce à un système de capteurs.»

Quid des personnes à mobilité réduite? «Une étude de faisabilité est en cours, répond-il. Cela fait partie des points à examiner. De même que la distance que les gens sont prêts à parcourir pour jeter leurs déchets, les potentielles nuisances ou les conséquences du vidage des bennes sur le trafic. Les résultats seront connus début 2013.» La décision de réaliser ou non le projet sera prise à ce moment-là.

Les habitants s'organisent

Plusieurs communes genevoises ont déjà franchi le pas. En tête, Cartigny, il y a onze ans. «Les gens ont dû s’habituer, mais aujourd’hui, cela se passe très bien, relève Carine Zach, maire de Cartigny. Nous avons actuellement un taux de recyclage de 60% alors que nous étions le mauvais élève du canton.»

Même constat à Satigny, qui a abandonné le ramassage des poubelles dans son village il y a sept mois. «Il y a toujours de petits réglages à faire, reconnaît toutefois le maire, Claude Guinans. Les gens posent fréquemment leurs sacs à côté du container même si celui-ci est vide.»

Ni Cartigny ni Satigny n’ont pris de dispositions particulières pour leurs aînés. «Ils s’arrangent entre voisins, indiquent les maires. Mais c’est probablement plus facile dans un village.» Dans les deux communes, les containers ont été posés à moins de 70 mètres des habitations. Un confort qui n’est peut-être pas envisageable en Ville. «Le nombre de mètres carrés libres au sol et en sous-sol est rare à Genève, ce sera un vrai défi», confie Raoul Schrumpf.

Le prix? Il n’est pas nul. Selon le maire de Satigny, il faut compter entre 35'000 et 40'000 francs par container. Soit quelque 120'000 francs pour un petit point de récupération des ordures ménagères, du papier et du compost. (TDG)

(Créé: 17.11.2012, 11h26)

Articles en relation

Taxe poubelle: les Genevois font de la résistance

Déchets Le Canton de Vaud a cédé. Un changement de cap qui pourrait mettre fin au Röstigraben écologique Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Guignols de l'info menacés de disparaître.
Plus...