La Une | Mardi 21 octobre 2014 | Dernière mise à jour 08:29
Nomenclature

Genève ne veut plus des hommes politiques dans ses rues

Par Julien de Weck. Mis à jour le 18.01.2013

Il a fallu plus d'un an et quatre propositions de la commune de Veyrier pour que le chemin du Trappeur soit accepté.

La rue du Purgatoire, en Vieille-Ville de Genève

La rue du Purgatoire, en Vieille-Ville de Genève
Image: Pascal Frautschi/Tribune de Genève

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Nommer une voie à Genève peut s'avérer être un long chemin chaotique. Le processus tout d'abord. La commune soumet un nom à la commission de la nomenclature. Qui l’approuve ou le retoque. En fin de parcours, le Conseil d’Etat tranche. Sans oublier l’avis du promoteur immobilier, de la population et les lois régissant la dénomination des voies publiques. Dans le canton, deux noms identiques ou de même consonance sont par exemple interdits. Quant aux patronymes de personnalités, sauf dérogation, le Conseil d'Etat n'en veut plus depuis 2012. Vous l’avez compris, baptiser les rues genevoises est une opération délicate.

La commune de Veyrier vient d’en faire l’expérience. Il lui a fallu plus d'une année pour obtenir le nom d'un nouveau chemin. La première formulation atterrit sur le bureau de la commission en 2011. «Le chemin d'Etrembières» passe la rampe en novembre, mais n'est pas au goût des propriétaires de la parcelle sur laquelle va être réalisé le passage. Deuxième proposition de la commune: «Le chemin Jean-Grillet». Refusé par la commission début février 2012. Un troisième essai avec «le chemin Jean-Piaget » s’avère infructueux. Le nom du célèbre pédagogue est déjà réservé à l’une des voies du futur quartier des Grands-Esserts.

Le conseiller administratif Thomas Barth lance alors une bouteille à la mer, via Facebook. Les propositions affluent, donnant lieu à des échanges joyeux. Mais c’est finalement lors d’une cogitation interne au Conseil administratif, que le secrétaire général de Veyrier, Christian Garin, exhume «Le Trappeur» de Veyrier, Edmond Laurent Delieutraz (1876-1923). Ce personnage a sillonné la planète avant de s’essayer à la vie aventureuse de trappeur au Canada. De retour au pays, il s’installe à Veyrier où il chasse serpents et grenouilles, qu’il avale vivants devant des hôtes médusés. Ce mercredi, le Conseil d’Etat a donc entériné «Le chemin du Trappeur», plus d’un an après les premières démarches.

Responsable des adresses à l'Etat de Genève, Vincent Galley reconnaît que la procédure peut être fastidieuse. Le Conseil d’Etat a de plus restreint en 2012 la dénomination de voies avec des noms propres. Pour éviter que les communes proposent d’illustres inconnus, mais aussi pour se mettre à l’abri des polémiques. S’il suffisait auparavant au candidat soumis d’être décédé depuis plus de 10 ans, la personnalité doit désormais «avoir marqué de manière pérenne l’histoire du canton», rappelle Vincent Galley. Les dénominations courtes se référant à la toponymie locale sont privilégiées.

Une tentative d’éviter une future controverse telle que celle née rue Sautter. En 2008, l'idée de débaptiser une portion de cette artère au profit de la pionnière du droit à l’avortement, Gabrielle Perret-Gentil, avait suscité une levée de boucliers des conservateurs et mis le Conseil d’Etat dans l’embarras. La doctoresse est finalement devenue la 21e femme à voir son nom associé à une voie du canton de Genève qui en compte environ 3000 sur son territoire. Prochain casse-tête pour le Conseil d'Etat en 2015, date marquant le dixième anniversaire de la disparition de Grisélidis Réal. (TDG)

Créé: 18.01.2013, 18h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Sondage

Les selfies peuvent-ils être dangereux?





Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11