Il reçoit un coup de bouteille, il sort le couteau

GenèveLe prévenu et la victime ont tous les deux 19 ans. Deux vies détruites. Procès

Photo d'illustration

Photo d'illustration Image: Steve Iuncker-Gomez/Tribune de Genève

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ils ont 19 ans tous les deux et se retrouvent devant le Tribunal correctionnel. Une rivalité entre bandes. Des insultes, des crachats. L’un donne un coup de bouteille. L’autre répond au couteau. Et comparaît depuis ce mardi devant les juges pour tentative de meurtre.

Ce 29 février 2012, il a bien failli tuer son rival. Son couteau de cuisine l’a frappé au bras puis au torse. L’autre a perdu des litres de sang. Durant son transfert aux Urgences, il a même fait un arrêt cardiaque. Selon l’acte d’accusation «il n’a finalement eu la vie sauve que grâce à la prompte intervention des médecins qui l’ont soumis à deux interventions chirurgicales». Il n’est pas mort mais rien n’est plus comme avant. Le bras blessé le fait souffrir. Touché aux poumons, il s’essouffle et ne peut plus rien soulever de lourd. Il a dû interrompre son apprentissage de maçonnerie. Oisif depuis un an, il est devenu irritable. Une bagarre avec sa mère vendredi dernier l’a envoyé lui aussi derrière les barreaux.

La situation du prévenu n’est pas plus enviable. En prison depuis un an, le permis de séjour sollicité va certainement lui être refusé. Réduisant à néant les efforts consentis par sa mère pour le faire venir de Bolivie et lui offrir un avenir meilleur.

Même s’il reconnaît les qualités du jeune homme, même s’il admet qu’il a connu un parcours de vie chaotique, autant du point de vue géographique que familial, le représentant du Ministère public ne lui trouve pas d’excuses. En tant qu’adolescent, rappelle-t-il, son parcours pénal est déjà lourd: juge des mineurs, séjours à la Clairière. A chaque fois, il a promis qu’il ne recommencerait plus. Pour le procureur, il a réagi de manière complètement disproportionnée à ce coup de bouteille: «Il a failli tuer un homme, c’est un traitement de choc qu’il lui faut !» Il demande une peine de 5 ans suspendue à un traitement dans une institution fermée en raison de ses troubles de la personnalité. Le procès se poursuit. (TDG)

(Créé: 19.02.2013, 19h51)

Mots-clés

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Séisme au Népal
Plus...