La Une | Samedi 20 décembre 2014 | Dernière mise à jour 21:11
Marché du sexe

Genève, terre d'exil pour les prostituées françaises

Par Melchior Oberson. Mis à jour le 30.01.2012 18 Commentaires

Le durcissement de la loi française provoque l'émigration de nombreuses travailleuses du sexe à Genève, affectant durablement les tarifs traditionnels.

Les prostituées françaises sont désormais majoritaires à Genève.

Les prostituées françaises sont désormais majoritaires à Genève.
Image: Laurent Guiraud

Amenés à légiférer sur la prostitution en décembre dernier, les députés français ont donné un nouveau tour de vis à la lutte contre le marchandage du corps. Alors que la législation française est déjà considérée comme l'une des plus répressives d'Europe à ce sujet, l'Assemblée Nationale a adopté le mois dernier une proposition de loi rendant passible de poursuites pénales tout individu ayant recours au service d'une prostituée. Bien que ce durcissement ne se traduira juridiquement pas avant six mois minimum, certaines travailleuses du sexe françaises préfèrent anticiper cette nouvelle contrainte en quittant le pays plutôt que de faire appel à un proxénète. Et bon nombre d'entre elles choisissent d'émigrer à Genève, terre nettement plus hospitalière dans ce domaine. Ce qui n'est pas sans conséquence pour les prostituées sur place.

Les prostituées françaises majoritaires à Genève

Alors qu'un peu moins de 1000 péripatéticiennes se partageaient le marché du sexe à Genève en 2004, elles sont plus de 4100 aujourd'hui. Cette hausse spectaculaire est notamment imputable à l'arrivée en masse de prostituées françaises. «Elles représentent 28% des travailleurs du sexe à Genève et sont majoritaires depuis 2005. Depuis 2010, elles ont augmenté de 75% dans les recensements», relève Bertrand Jacquet, interrogé par le Temps. Membre de l'association Aspasie qui s'emploie à défendre les droits des prostituées depuis 30 ans, Michel Félix constate que ce phénomène est particulièrement marqué «dans les salons ou chez les escort-girls». Ainsi, à titre d'exemple, on compte 500 candidatures par an au Gclub, dont 90% de Françaises, venant notamment d'Annecy, de Lyon ou de Paris. Mais pourquoi choisissent-elles Genève? «Il y a bien sûr la langue commune», remarque Michel Félix. «Par ailleurs, Genève prône la réglementation plutôt que l'abolitionnisme, que la France semble au contraire privilégier depuis les lois Sarkozy sur le racolage passif en 2004. À Genève, cette activité est légale et très contrôlée. Les prostituées considèrent ainsi notre ville comme un eldorado». Nul étonnement donc à ce que celles-ci soient de plus en plus nombreuses à tenter leur chance dans la cité de Calvin. Mais cet afflux rapide et de grande ampleur tend à dérégler les tarifs traditionnels, qui ne peuvent résister à une telle augmentation de la concurrence.

Le plus vieux métier du monde en proie à une baisse des tarifs

Comme dans tous les autres secteurs d'activité, les tarifs de la prostitution sont en effet régis par la loi de l'offre et de la demande. Or, si l'offre a quadruplé en huit ans, la demande n'a pas suivi la même pente ascendante. «On constate en effet une diminution des tarifs de la prostitution», précise Jean-Philippe Brandt, porte-parole de la police genevoise. «Seul le secteur haut de gamme, comme les escorts-girls, a vu ses tarifs stagner, voire même légèrement augmenter.» Même son de cloche pour Lisa, patronne du Venusia. «A 30 ou 50 francs la passe, ces jeunes filles cassent les prix», s'emporte-t-elle dans le Temps. Un phénomène qui n'est cependant pas inédit pour Michel Félix. «C'est un phénomène cyclique. Dans les années 1980, les prostituées genevoises se plaignaient déjà des concurrentes allemandes», tempère-t-il. (TDG)

Créé: 30.01.2012, 15h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

18 Commentaires

Jean-Jacques Rikly

30.01.2012, 16:02 Heures
Signaler un abus 9 Recommandation 1

Bientôt, à Genève, il coûtera moins cher de consommer du sexe que de la nourriture !!! La passe au même prix que le kilo de jambon en tranche au supermarché... Répondre


Luc Chamorel

30.01.2012, 17:03 Heures
Signaler un abus 7 Recommandation 1

Je trouve presque comique de parler de durcissement pour un tel sujet...Après Aldi et Lidl qui baissent les prix voilà Lily et Adèle, les prostituées qui peuvent casser les tarifs, et bien sûr ... ce sont des frontalières. Répondre