Avalanche en Norvège: «Je ne m'y serais jamais aventuré»

drameLa coulée s’est produite à environ 1000?mètres d’altitude. Dans une zone réputée dangereuse.

La coulée de neige de l'avalanche.

La coulée de neige de l'avalanche. Image: epa

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En lapon, son nom signifie la «montagne très dangereuse». C’est sur les flancs du Mont-Sorbmegaisa, sur la commune de Kaafjord, que s’est produit le drame de lundi. Un nom qui ne doit rien au hasard: «Je ne me serais jamais aventuré dans cette zone», déclarait hier au quotidien norvégien Dagbladet Eirik Braein Gikling , un organisateur d’expéditions. Un avis partagé dans d’autres journaux. Selon la presse norvégienne, la pente sur laquelle se trouvaient les skieurs atteignait jusqu’à 42?degrés alors que le risque d’avalanche était de trois sur une échelle de cinq. Un niveau qui, selon les professionnels, devrait limiter les excursions sur des pentes guère plus abruptes que 30?degrés.

«Nous espérons que l’enquête nous donnera des réponses» sur les risques éventuellement pris par les randonneurs, a précisé le responsable policier, Morten Pettersen. Toujours selon les médias norvégiens, les touristes étaient bien équipés avec des radio-émetteurs, des pelles et autres équipements censés aider à survivre à une avalanche.

La coulée s’est produite à environ 1000?mètres d’altitude. Dans une zone réputée dangereuse, mais la région est bel et bien prisée des adeptes du ski hors-piste et des snowboarders. L’équipe de douze randonneurs était composée au total de deux groupes comptant chacun cinq touristes suisses et leur guide français. Seul un des deux groupes a été pris dans l’avalanche, parmi lesquels figuraient les deux médecins et les deux employés de banque décédés. Leur guide français a également perdu la vie. Quant à la sixième personne emportée, un quinquagénaire valaisan d’origine genevoise, son état physique restait inchangé hier matin: «Stationnaire et avec des blessures modérées», selon Jan Fredrik Frantzen, porte-parole de l’hôpital de Tromsoe, où le survivant et les victimes ont été transportés.

Sitôt après l’accident, les secours norvégiens avaient engagé de très importants moyens de recherche, avec une trentaine de secouristes déployés sur le terrain. Ils étaient assistés par plusieurs hélicoptères, des chiens d’avalanche et même des chasseurs F-16 chargés d’effectuer des observations aériennes. Les cinq victimes qu’ils ont dû déplorer font de cette avalanche la plus meurtrière en Norvège depuis 1986, lorsqu’une coulée avait fait 16 morts.

C.M. avec l’AFP (TDG)

(Créé: 21.03.2012, 09h26)

Articles en relation

Avalanche en Norvège: les quatre victimes suisses étaient très expérimentées

drame Quatre randonneurs suisses et un guide de montagne français ont perdu la vie lundi. Leurs proches témoignent. La presse norvégienne s’interroge sur les causes de la tragédie Plus...

Trois Genevois et un Vaudois sont décédés en Norvège

Avalanche Une avalanche en Norvège a emporté six personnes lundi.Quatre Suisses et un Français ont perdu la vie. Plus...

«Quand on perd des frères skieurs, on est toujours extrêmement triste»

Avalanche en Norvège Le «meilleur skieur freeride du siècle» Dominique Perret partage sa tristesse suite au décès de quatre Suisses et un Français, emportés par une avalanche en Norvège Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les procédures dans les cockpits révisées
(Image: Herrmann) Plus...