La Une | Jeudi 18 septembre 2014 | Dernière mise à jour 07:19
Justice

Accusées d’avoir plumé un professeur de piano genevois

Par Marie Prieur. Mis à jour le 17.11.2012 2 Commentaires

Une escort girl, sa sœur et une amie étaient jugées jeudi à Saint-Etienne pour avoir extorqué un million d’euros.

Le Genevois souffrait de solitude. Il a alors consulté les petites annonces et est entré en contact avec l'escort girl.

Le Genevois souffrait de solitude. Il a alors consulté les petites annonces et est entré en contact avec l'escort girl.
Image: Gérald Bosshard

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Trois jeunes femmes, vêtues de noir, cheveux attachés, comparaissaient jeudi devant le Tribunal correctionnel de Saint-Etienne (Loire) pour extorsion de fonds en bande organisée. Leur victime: un professeur de piano genevois, divorcé, la cinquantaine.

Souffrant de solitude, l’homme consulte des petites annonces dans la presse et entre en contact avec «Mélissa», une escort girl de 25 ans. Moins d’un mois après leur rencontre, en octobre 2008, le quinquagénaire verse à la jeune femme 25'000 euros, au motif que Mélissa connaît des difficultés financières. Ce n’est là que le premier versement d’une longue série. En tout, le préjudice s’élève à 924'000 euros. Dont 700'000 extirpés grâce à des manœuvres frauduleuses et 200'000 extorqués de force par deux hommes, début décembre 2009, au domicile de la victime. «Je suis ruiné», résume le quinquagénaire au moment où il porte plainte à Genève, le 7 décembre 2009.

Profitant de ce que plusieurs témoins qualifient de «promptitude de cet homme à donner de l’argent», Mélissa, puis sa sœur ainsi que leur frère, surnommé «le boss», et sa compagne, enchaînent les scénarios plus ou moins vraisemblables. Il est ainsi question d’une demande de rançon pour libérer la sœur de Mélissa, «Lia», séquestrée par des mafieux, puis Mélissa elle-même, censée être retenue en Espagne. Enfin, l’escort girl prétend souffrir d'un cancer du sein et avoir besoin d’argent pour les soins.

Au lieu d’une chimiothérapie, les centaines de milliers d’euros partent en bijoux, voyages et voitures de luxe. «Les mensonges se sont amplifiés, je ne pouvais plus revenir en arrière», explique Mélissa à la barre, avant de s’excuser en pleurs auprès de l’avocat du professeur, absent à ce procès.

Présentée par son avocat comme un «homme généreux et bon, un gentil couillon», la victime est aux yeux de la défense un «narcissique qui paie pour s’offrir de la chair fraîche». Et les avocats du trio féminin de rappeler que lors du procès du «boss» et de son acolyte, jugés à Genève en janvier 2011, le duo masculin avait été reconnu coupable de séquestration et d’extorsion. Mais l’escroquerie n’avait pas été retenue, en raison de l’absence d’astuce. «Si elles avaient été arrêtées comme leur frère en Suisse, elles auraient été relaxées», argumentent leurs conseils. Le jugement sera rendu le 20 décembre. (TDG)

Créé: 17.11.2012, 11h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Rui Oliveira

17.11.2012, 17:50 Heures
Signaler un abus 11 Recommandation 0

"Si elles avaient été arrêtées comme leur frère en Suisse, elles auraient été relaxées". En plus, les avocats utilisent ça comme argument, maintenant. De mieux en mieux Répondre



Sondage

D'ici jeudi, 42 croisements du canton passeront au feu clignotant orange la nuit dès 22h. Qu'en pensez-vous?




Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11