Plan Maghreb: prime au crime ou système efficace?

Débat en VilleOffrir 4000 francs aux délinquants récidivistes originaires d'Afrique du Nord pour qu'ils rentrent au pays: l'idée de la conseillère d'Etat Isabel Rochat a provoqué des remous dans toute la Suisse. Le conseiller national UDC Yves Nidegger débattra de ce projet controversé avec Pierre Weiss, vice-président du PLR suisse, ce jeudi à 12h30 au Café des Savoises

Le 9 mars 2012 à la rue Voltaire, la police cantonale genevoise contrôle et interpelle trois délinquants originaire du Maghreb.

Le 9 mars 2012 à la rue Voltaire, la police cantonale genevoise contrôle et interpelle trois délinquants originaire du Maghreb. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Que faire des 400 jeunes clandestins issus du Maghreb responsables de près de 40% des délits à Genève? Non refoulables, ces délinquants font des séjours réguliers à Champ-Dollon avant d'être relâchés dans la rue et de reprendre leur activités criminelles. Pour les inciter à retourner volontairement dans leur pays, Isabel Rochat a introduit en août dernier une aide au départ de 4000 francs. Un quart de cette somme est remis au requérant par la Croix-Rouge genevoise à sa montée dans l'avion; le reste revient à une ONG chargée de la prise en charge de sa formation sur place.

Le candidat à cette aide du «plan Maghreb» doit répondre à trois critères au moins: être à Genève depuis plusieurs années, être multirécidiviste et avoir été identifié. En outre, il ne doit s'être rendu coupable que de petits délits. Une dizaine de Maghrébins ont déjà accepté cette offre. Le Canton mise sur une trentaine de départs volontaires par an.

Pour certains, cette mesure n'est rien moins qu'une incitation au tourisme de la délinquance. Pour d'autres, ce projet-pilote a au moins le mérite d'exister. La semaine dernière, le «plan Maghreb» genevois a reçu l'appui de l'Office fédéral des migrations, qui souhaite à son tour proposer une incitation financière au départ pour les requérants d'asile.

Ce jeudi 19 avril, Yves Nidegger, conseiller national UDC, confrontera ses vues avec Pierre Weiss, député PLR au Grand Conseil et vice-président du PLR suisse. Ce débat public sera animé par Irène Languin, journaliste à la Tribune de Genève, à 12?h?30 au Café des Savoises (9 bis, rue des Savoises, Maison des Associations) à Plainpalais.

Les lecteurs sont invités à assister à l’échange. Ils pourront poser sur place leurs questions ou dès à présent via notre site internet en envoyant un courriel à info@tdg.ch. Les internautes ont aussi la possibilité de donner dès maintenant leur opinion via les commentaires.

Le face à face durera environ 30?minutes et sera suivi par les questions du public. Il fera l’objet d’un compte rendu avec photos et réactions du public dans la Tribune de Genève du lendemain et sur le site www.tdg.ch.

Créé: 17.04.2012, 16h03

Articles en relation

Le conseiller national Nidegger tire à vue sur le projet Maghreb d'Isabel Rochat

Renvoi des délinquants «Chaque franc rendu aux délinquants prive l’Etat de moyens nécessaires à son action, contraignant le contribuable à passer à la caisse.» Plus...

Délinquants: le «projet Maghreb» d'Isabel Rochat pourrait faire école en Suisse

Sécurité publique Genève finance jusqu’à 4000?fr. des projets de formation pour de petits délinquants s’ils acceptent de rentrer dans leur pays Plus...

L'UDC-Genève dénonce une ONG peu «fiable moralement»

Projet Maghreb Le parti a communiqué ses doutes quant au choix du DSPE d'une association basée en Italie et qui ne serait pas transparente. Plus...

Les Débats en Ville de la Tribune de Genève sont menés par notre journaliste Irène Languin. (Image: Pascal Frautschi)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.