Faut-il punir le soldat Stauffer?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Fallait-il condamner le justicier Eric Stauffer pour son opération «Mani pulite», dimension genevoise, une nuit de septembre 2013 aux Pâquis? Même si l’action peut agacer par son côté populiste et tapageur en pleine campagne électorale, la sanction n’est-elle pas disproportionnée?

Il est vrai que la facilité avec laquelle tout un chacun peut acquérir quelques boulettes de cocaïne dans certains quartiers genevois à la nuit tombée est proprement effarante. Il est tout aussi vrai que cette facilité est certainement dangereuse pour de nombreux jeunes gens. Le fait de dénoncer cette situation réelle, d’alerter l’opinion publique et les autorités par le biais d’une mise en scène filmée constitue-t-il une infraction?

Le procureur général a répondu oui par voie d’ordonnance pénale. Même s’il reconnaît que le politicien MCG n’est pas un dealer, qu’il ne s’est pas procuré les boulettes pour les revendre ni les consommer, il le sanctionne. Or, Yaël Hayat, avocate du condamné, relève qu’aujourd’hui on ne punit même plus les consommateurs de deux grammes de cocaïne, alors pourquoi son client? Aurait-il été mieux traité s’il avait effectivement consommé ses boulettes avant de disparaître dans la nature plutôt que de les remettre illico à la police mais d’en faire tout un plat politico-médiatique?

Hier, le procureur général n’était pas là pour défendre sa position. Peut-être parce que deux grammes sont une quantité négligeable qui ne justifie pas la présence du chef du Parquet à l’audience. Ceci rend l’affaire d’autant plus absurde.

Poursuivre Eric Stauffer jusqu’au bout? Laisser tomber? Dans son ordonnance pénale, Olivier Jornot semble particulièrement contrarié par la «propagande» staufférienne, par cette manière borderline de faire de la politique. On peut le comprendre. Mais cette irritation et ce désaveu, doivent-ils vraiment prendre une dimension pénale? Au tribunal de trancher. (TDG)

Créé: 02.11.2015, 20h52

Articles en relation

Condamné pour deux boulettes de coke, Eric Stauffer se défend

Justice Le procureur général l'avait sanctionné. Le député MCG, candidat aux Etats, explique qu'il voulait justement combattre le trafic de stupéfiants qui mine Genève. Plus...

Catherine Focas - Chronique judiciaire.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: les séjours linguistiques aux Usa ont chuté
Plus...