L’Escalade: Genève au sommet

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’événement se nourrit aux sources de l’histoire genevoise et rassemble chaque année davantage de coureurs – 40 000 en ce 3 décembre – encore bien plus de spectateurs fondus de la Fête. La Course de l’Escalade incarne le meilleur de l’esprit de Genève, d’une ville ouverte, dynamique, festive et accueillante. Mille volontaires bravent, dès l’aube, le givre des Bastions pour s’assurer du bon déroulement d’un rassemblement géant dont l’organisation tient de la complexité d’une montre à tourbillon. L’Etat, les associations, les écoles, les entreprises, les partenaires – la «Tribune de Genève» est fière d’en faire partie avec 2000 litres de soupe servis chaque année pour réchauffer les ventres et les cœurs – toutes et tous s’investissent dans la Course de l’Escalade des mois à l’avance dans un remarquable effort collectif. De quoi tordre le cou, pour un week-end au moins, à cette fâcheuse réputation d’une Genève minée par les querelles de clocher.

Un peu plus tard dans la matinée, c’est une foule en liesse qui se presse pour célébrer dans le frais et le bonheur aussi bien les «poussins» pour la première fois en piste que Tadesse Abraham, le champion prodige qui a remporté la course pour la deuxième fois. Un Erythréen d’origine que les Genevois ont fait leur depuis longtemps. Cent vingt nationalités se retrouvent au coude à coude pour suer ensemble. Voilà qui donne de l’esprit mais aussi du corps à la Genève internationale.

Et cet engouement ne fait que croître. On attend déjà 50 000 participants l’an prochain pour les 40 ans d’une course qui se rajeunit en vieillissant. De plus en plus d’enfants sont de la partie, entraînés par les parents et les écoles à participer aux entraînements. La Course de l’Escalade inscrite dans les gènes de la République relève aujourd’hui quasi d’un rite de passage pour les enfants du Grand Genève. Et pour les grands, c’est la plus belle façon de s’approprier la ville et de rencontrer ses voisins. Battre le pavé en se faisant du bien, dans la chaleur humaine et la bonne humeur, rien de tel pour se requinquer le moral à la veille de la saison des Fêtes.

En somme, la recette est simple: rien que du positif. En trente-neuf ans d’Escalade, Genève se retrouve au sommet. Et il n’y a que des gagnants (TDG)

Créé: 04.12.2016, 19h58

Pierre Ruetschi, Rédacteur en chef

Articles en relation

La course de la Marmite clôt une édition de rêve

Escalade Après l'élite et la sueur des sans-grade, le plaisir partagé par près de 3000 adeptes de la course à pied en costume. Dénouement joyeux. Plus...

Pour Tadesse Abraham, le bonheur s’est joué au dixième de seconde!

Course de l’Escalade Tout comme Helen Bekele chez les dames, le Genevois d’adoption a défendu son titre. Mais le jeune et surprenant Erythréen Awet Habte lui a mené la vie dure jusque sur le fil. Plus...

Cette édition atteint, dès le matin, des sommets de ferveur populaire

Course de l'Escalade On n'a sans doute jamais vu autant de monde dans les premières heures de la course. A mi-journée, que du bonheur à relayer. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La sécurité n'est plus le souci majeur des Genevois
Plus...