Une start-up redonne espoir aux victimes d’AVC

Technologies médicales Un système sophistiqué de rééducation stimule les patients qui ont subi un accident vasculaire cérébral.

ej Tadi, fondateur de MindMaze (à g.), et l’ingénieure Cyntia Duc (à d.) expliquent le fonctionnement de leur appareil. 

VANESSA CARDOSO/ 24H

ej Tadi, fondateur de MindMaze (à g.), et l’ingénieure Cyntia Duc (à d.) expliquent le fonctionnement de leur appareil. VANESSA CARDOSO/ 24H

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Tej Tadi nage en plein bonheur. Cet ingénieur électricien de 34 ans, originaire de la ville indienne de Hyderabad, ne cesse de recevoir des récompenses et des encouragements. L’appareil qu’il a développé et qu’il s’apprête à commercialiser au nom de sa jeune entreprise, MindMaze, est très innovant. Cet entrepreneur a aussi été remarqué par le World Economic Forum, qui l’a inclus dans ses «jeunes leaders mondiaux».

Motiver les patients

Que propose MindMaze? «Notre système destiné notamment à la rééducation motrice est basé sur la réalité virtuelle. Il stimule les personnes qui ont été victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC)», résume Cyntia Duc, ingénieure biomédicale chez MindMaze. Une joyeuse ébullition règne dans les locaux de cette start-up, située dans le parc technologique d’Ecublens jouxtant l’EPFL. Sur les 22 collaborateurs que compte déjà l’entreprise, une quinzaine d’ingénieurs s’affairent pour améliorer le système. Une chaise roulante leur permet de simuler les gestes et les difficultés auxquels sont confrontées les personnes qui ont subi un AVC.

Grâce au jeu d’une caméra et aux simulations digitales, la machine retranscrit sur un écran les gestes du patient atteint, à l’exemple de l’acte de saisir un verre d’eau pour le porter à sa bouche. «Un score s’affiche sur le jeu vidéo. Ce qui motive énormément le patient», ajoute Cyntia Duc. Un peu à l’image du sportif qui consulte sa montre après avoir parcouru ses kilomètres.

Le processus de certification de ces appareils – dont le prix oscille entre 50000 et 70000 francs – est en cours. Dans cette phase, cette société dont l’entier du capital est détenu par Tej Tadi est en expansion. «A la fin de l’année, nous aurons sans doute embauché dix collaborateurs de plus», précise Tej Tadi.

Le développement des affaires lui prend un tiers de son temps, la recherche de fonds un second tiers, le solde étant dédié à la recherche, la technologie et la stratégie des développements cliniques. Mais Tej Tadi se refuse à indiquer le nombre d’heures qu’il abat chaque semaine. «Je travaille sept jours sur sept et je remercie ma femme pour sa compréhension», lâche l’ingénieur indien qui a complété sa formation par des titres académiques dans les domaines de la réalité virtuelle et des neurosciences.

Voyage aux Etats-Unis

Le jeune patron estime encore que «la Suisse est une base idéale pour développer des projets basés sur la technologie. Le tampon suisse reste fortement lié à la notion de qualité. On ne cesse de me le répéter à l’étranger.»

En 2009, MindMaze a fait partie des start-up qui ont pu bénéficier du programme «Venture leaders USA» mis en place par l’organisation suisse Venturelab. Une occasion en or de se frotter à l’environnement entrepreneurial unique de la région de Boston. Les responsables de vingt nouvelles start-up bouclent leurs bagages pour se rendre à leur tour dans cette région. (TDG)

(Créé: 07.06.2015, 20h55)

Nouveau locataire du Campus Biotech?

Si le Campus Biotech est désormais sur les rails, il peine encore à attirer des start-up qui bénéficient déjà de plusieurs années d’expérience.
MindMaze va-t-il rejoindre le site de Sécheron? «Nous maintenons une étroite collaboration avec les responsables du Campus Biotech», répond Tej Tadi, qui se rend régulièrement à Genève. MindMaze peut notamment s’enorgueillir de compter dans son conseil d’administration John Donoghue, qui dirige le centre Wyss, épine dorsale du Campus Biotech.

L’Américain, fondateur du Brown Institute for Brain Science (Rhode Island), est aussi professeur titulaire de l’EPFL et professeur invité à l’UNIGE.
Il est notamment connu pour avoir développé des liens entre
le cerveau et les machines pour des personnes souffrant de paralysie. Précisément ce que fait MindMaze.

R.R.












































































Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Herrmann en vacances
Plus...