Un nouveau patron pour Uber en Suisse romande

TransportAlexandre Molla remplace Steve Salom. Le Lyonnais de 33 ans travaillait auparavant pour le groupe en France. Rencontre

Entre juillet 2013 et décembre 2016, Uber s’est métamorphosé, passant de 300 à 12000 salariés.

Entre juillet 2013 et décembre 2016, Uber s’est métamorphosé, passant de 300 à 12000 salariés. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Uber en Suisse romande a un nouveau patron. Alexandre Molla a officiellement pris ses fonctions à la tête d’une équipe de sept personnes en octobre, mais il a fait connaissance avec le marché romand depuis le mois d’août.

Uber, ce Lyonnais de 33 ans – ce qui en fait le plus âgé des salariés du groupe en Suisse romande – connaît bien: l’ancien étudiant en commerce travaille pour la start-up depuis juillet 2013. Il a entamé sa carrière dans les services financiers, à Londres puis en Arabie saoudite.

Entre juillet 2013 et décembre 2016, Uber s’est métamorphosé. La start-up inconnue, qui occupait alors 300 employés, s’est transformée en un monstre de 12 000 salariés à travers le monde. Un mastodonte qui ne cesse d’évoluer, lui qui a encore acquis une société d’intelligence artificielle cette semaine, qui teste des camions autonomes et qui envisage d’utiliser des drones pour transporter des êtres humains.

Le groupe a aussi récemment lancé «Ubercommute» outre- Atlantique, un service proche du covoiturage destiné aux pendulaires qui pourrait un jour, selon son patron en terres romandes, considérablement réduire le trafic entre Annecy et Genève.

«Uber évolue tellement vite que cela en devient fatigant», confie-t-il d’ailleurs, alors qu’une menace plane sur son employeur. La nouvelle technologie Blockchain – qui permet à de nombreux services d’être effectués en ligne sans intermédiaire, comme l’e-mail à rendu possible une communication directe – offre en effet à de nouvelles jeunes pousses la possibilité de proposer des services de transport avec chauffeur sans centrales ni diffuseurs de courses.

«On parle très peu de ce sujet au sein d’Uber, comme s’il était tabou», ajoute Alexandre Molla. En attendant, la société continue de croître à un rythme inédit. En Suisse romande, 40 000 personnes utilisent Uber une fois par mois et entre 1000 et 2000 applications Uber sont téléchargées chaque semaine.

Uber peut compter sur mille chauffeurs actifs entre Genève et Lausanne, mais il en faudrait davantage. «Répondre à la demande croissante, c’est notre principal défi en Suisse comme presque partout ailleurs», selon Alexandre Molla.

(TDG)

Créé: 07.12.2016, 22h00

Articles en relation

Le TF remet Uber dans la course à Lausanne

Concurrence Le Tribunal cantonal n’aurait pas dû juger irrecevables les griefs de la société californienne contre le règlement des taxis lausannois. Plus...

Uber ramènera les fêtards des Saturnales

Partenariat Lors de la fête des étudiants en médecine, l’entreprise offrira la première course aux nouveaux clients. Plus...

La nouvelle loi sur les taxis ne convainc pas

Des représentants de la profession pointent des inégalités avec Uber. Du côté de celui-ci, c’est la consternation Plus...

Alexandre Molla, directeur d’Uber en Suisse romande.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La sécurité n'est plus le souci majeur des Genevois
Plus...