Volkswagen accélère la mort du diesel à Detroit

IndustrieAprès avoir été voué aux gémonies en 2015 chez l’Oncle Sam, à cause du dieselgate, le constructeur allemand transforme un de ses véhicules mythiques en version électrique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le 22 septembre 2015, un des plus grands scandales de l’histoire de l’automobile éclate aux Etats-Unis: le dieselgate. Autrement dit, une opération de manipulation de tests antipollution sur onze millions de véhicules diesel dans le monde. Aujourd’hui, le coupable, Volkswagen, revient en force sur les lieux où la supercherie, si ce n’est le crime, ont été découverts. Le constructeur allemand présente en effet au Salon de Detroit un de ses véhicules mythiques, transformé en version électrique. Le deuil du diesel s’accélère (voir l’infographie).

Pour se refaire une image chez l’Oncle Sam, très éloignée d’un carburant souvent controversé, la firme de Basse-Saxe n’avait il est vrai attendu que trois mois. Avant de s’imposer un grand défi, annoncé à l’occasion de la grand-messe de l’électronique tout public de Las Vegas (CES): transformer son fameux minibus Combi, tant apprécié des hippies, des surfeurs, des familles et autres soixante-huitards dans les années 60 et 70, en voiture autonome et connectée. Pari tenu!

Le nouveau minibus Combi, alias I.D.Buzz, garde un look relativement fidèle au modèle original. Mais certains signes ne trompent pas. Ainsi la camionnette d’antan a-t-elle perdu sont moteur arrière. Ses portières ont elles-mêmes perdu leurs poignées. Les ouvertures et fermetures sont désormais commandées par les gestes et la voix. Tout en douceur…

Mais ce nouveau modèle VW, doté d’une fonction de pilotage automatique intégral, se distingue surtout par ses capacités d’autonomie, tout à fait comparables à celles de voitures à essence. Avec une batterie pleine, le véhicule peut en effet parcourir 430 kilomètres. Le plein de courant ne nécessiterait en plus qu’une quarantaine de minutes.

Ambitions françaises

Vu les atouts de cette machine, le directeur de la marque VW, Herbert Diess, prévoit de vendre un million de véhicules électriques par an d’ici à 2025. L’objectif de l’ensemble du groupe Volkswagen est même d’écouler jusqu’à trois millions d’autos sans émission polluante dans un délai comparable. Tous les constructeurs automobiles manifestent d’ailleurs des intentions d’accélération dans ce domaine.

L’an dernier, au Salon international de l’automobile de Genève, Nissan a ainsi déjà présenté son premier modèle de voiture autonome. Peugeot et Renault ont «fuité» l’été dernier dans la presse française sur leur volonté de mettre au point des systèmes de conduite «sans les yeux, sans les mains», livrables dans moins de quatre ans. Les deux firmes effectuent il est vrai des tests sur les routes de l’Hexagone depuis plusieurs mois.

Vedette du prochain Salon

Audi, marque du groupe Volkswagen, mène ses propres expériences sur l’autoroute A9, entre Munich et Berlin. Une Audi A7 expérimentale, surnommée «Jack» et bourrée de capteurs, évolue sur cet axe en étant déjà conduite par un ordinateur, mais encore sous la surveillance d’un ingénieur assis sur le futur ex-siège du conducteur.

Ces expériences de délégation de conduite s’effectuent en outre avec des prototypes presque tous électriques. Cette réalité favorisera des changements radicaux dans les choix de produits énergétiques des automobilistes.

Après plusieurs années de mesures incitatives, plus d’un tiers des voitures neuves immatriculées en Norvège roulent avec du courant. Des législateurs songent à faire disparaître l’essence et le diesel du royaume scandinave dans moins de dix ans. Tout indique donc que la voiture autonome se profilera en star du prochain Salon de Genève, en mars. Le directeur général de l’institution, André Hefti, nous a lui-même confirmé ses espoirs d’importantes démonstrations et de grands shows à vocation pédagogique.


En Suisse, le dieselgate coûte très cher au groupe VW

Les conséquences du dieselgate sont loin d’être réglées en Suisse. Le rééquipement de véhicules Volkswagen ayant un moteur diesel truqué tourne en effet à plein régime dans la patrie de Guillaume Tell. Plus de 50 000 clients sont concernés.

Les mises à jour de logiciels, pour près de 140 000 véhicules, sont aujourd’hui disponibles en Suisse. D’autres versions de logiciels y sont en outre validées au fur et à mesure, indique l’importateur Amag. «Les clients ayant procédé au rééquipement sont satisfaits de la solution technique», assure la firme zurichoise.

L’Office fédéral allemand pour la circulation des véhicules à moteur (KBA) aurait lui-même exprimé une relative satisfaction. A ses yeux, la mise en œuvre des solutions techniques pour les modèles concernés n’aurait aucune influence négative sur les valeurs de consommation, les données de puissance et les émissions sonores. Les véhicules rééquipés respecteraient en outre les normes antipollution en vigueur.

Dans ce contexte, les problèmes techniques devraient être résolus relativement rapidement en Suisse. Un grand suspense se prolonge toutefois sur le plan judiciaire. Le Tribunal pénal fédéral (TPF) a ainsi évoqué le mois dernier l’ouverture d’une procédure pénale en Suisse contre Volkswagen AG et Amag, société appartenant à Careal Holding AG. Il a en outre annulé une non-entrée en matière du Ministère public de la Confédération.

Le TPF a en plus admis le recours de l’avocat genevois Jacques Roulet. Celui-ci avait déposé des plaintes pour le compte de près de 600 personnes et sollicité des mesures d’instruction pénale urgentes de la part du Parquet.

Des clients de Jacques Roulet ont en plus intenté des actions civiles. Celles-ci visent à obtenir des dommages et intérêts. P.RK

(TDG)

(Créé: 09.01.2017, 22h02)

Cliquez sur l'image pour agrandir.

L’essentiel

Diesel
Après avoir manipulé les données de pollution de ses moteurs diesels, Volkswagen mise sur les voitures électriques à l’occasion du Salon de Detroit.

Révolution
Ce tournant énergétique trouve son illustration dans une version électrique du mythique bus VW des années 60.

Procès
En Suisse, plus de 50 000 clients sont concernés par le scandale des moteurs truqués.

Articles en relation

Un dirigeant de Volkswagen inculpé aux Etats-Unis

Dieselgate Olivier Schmidt a été arrêté samedi dernier à Miami. Il aurait joué un rôle clé dans la «conspiration». Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Xi Jinping en Suisse
Plus...