Swisscom ferme son centre d'appels de Genève

TélécommunicationsL’opérateur biffe 900 postes de travail dont douze à Genève et en crée 500 autres.

Urs Schaeppi, CEO de Swisscom. Le centre d’appels de Lausanne compte 380 salariés.

Urs Schaeppi, CEO de Swisscom. Le centre d’appels de Lausanne compte 380 salariés. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Décidément les temps s’annoncent durs pour les employés des sociétés parapubliques. Après les CFF qui veulent supprimer quelque 900 postes d’ici à 2020, Swisscom a annoncé à son tour vouloir réduire la voilure afin d’économiser quelque 300 millions de francs.

En jeu: l’emploi de quelque 700 personnes, dont la plupart sont issues de divisions d’assistance et de back-office. «Etant donné la mutation continue de nos activités, certains postes n’ont plus lieu d’être, explique Christian Neuhaus, porte-parole de Swisscom. Cette diminution résulte également d’une réorganisation entamée depuis plusieurs mois et débouchant sur l’identification de doublons au sein de l’entreprise, mais également de processus à simplifier.»

Le premier opérateur de Suisse tient toutefois à relativiser la portée de cette mesure en annonçant déjà la création de quelque 500 nouveaux emplois. «Plusieurs marchés – à l’instar de la télévision, de la santé (ndlr: plate-forme mise à disposition des médecins) ou encore de la sous-traitance numérique pour entreprises – sont en pleine croissance et nécessiteront d’embaucher du personnel supplémentaire», précise Christian Neuhaus.

In fine, Swisscom devrait boucler 2016 en affichant une baisse légère de son personnel (environ 200 personnes).

La Suisse romande touchée

De quelle manière la Suisse romande sera-t-elle touchée? Pour le moment le premier opérateur de Suisse préfère ne pas fournir de chiffres précis. «Ils pourraient évoluer en fonction des départs volontaires et de l’évolution des affaires», précise son porte-parole.

Genève sera toutefois moins bien lotie que sa concurrente vaudoise, puisque son centre d’appels fera partie des victimes. Sur les quatorze sites utilisés actuellement par Swisscom, seuls huit seront conservés. La douzaine de salariés genevois sera ainsi rapatriée à Lausanne, où le groupe emploie actuellement quelque 380 salariés.

Du côté syndical, Syndicom parle de véritable «coup dur» pour les employés concernés et appelle à «une application généreuse du plan social inscrit dans la convention collective de travail». Chez TransFair, l’autre principal partenaire syndical de Swisscom, le ton monte d’un cran. Ce dernier craint notamment un manque de vision et de stratégie de développement cohérente. «Nous ne saurions accepter un démantèlement «saucissonné» en catimini», affirme-t-il. Swisscom assure vouloir jouer le jeu et évoque des prestations sociales supérieures à la moyenne suisse. En tout, l’opérateur s’attend à ce que ce plan social grève ses comptes à hauteur de 70 millions de francs.

(TDG)

(Créé: 04.02.2016, 20h30)

Mots-clés

Articles en relation

Démarchage téléphonique: ça va peut-être changer

Téléphonie Berne propose que Swisscom et consorts soient «tenus de filtrer au niveau du réseau les appels publicitaires indésirables. Plus...

L’OCDE demande la privatisation de Swisscom

Télécoms Berne tient à ce que l’opérateur téléphonique historique ne rate pas la révolution numérique. Plus...

Swisscom va installer son futur «digital lab» à l’EPFL

Partenariat Après Logitech, Credit Suisse, Intel ou encore Cisco, l’opérateur téléphonique va s’établir sur le campus. Un écosystème où secteurs privé et public sont toujours plus connectés. Plus...

Sunrise a bien résisté à la concurrence

Télécoms L’arrivée de Salt n’a pas fait plier Sunrise dans la téléphonie portable. La TV fait par contre souci Plus...

L’ex-patron de Google en Suisse dirigera Salt

Téléphonie Le conseil d’administration de l’opérateur a dévoilé lundi le nom de son futur directeur: Andreas Schönberger. Plus...

Les offres combinées cartonnent

Avec les nouveaux contrats de raccordements à la télévision, les offres combinées proposées par Swisscom ont connu une nouvelle année de forte hausse en 2015. Le chiffre d’affaires lié aux contrats combinés a ainsi progressé de 16,3%, passant de 1,92 à 2,23 milliards de francs (pour des revenus globaux de 11,68 milliards et un bénéfice net de 1,36 milliard). Pour mémoire, il y a seulement cinq ans, ce type d’offres ne rapportait que 342 millions à Swisscom. «Et tout indique qu’à court, voire moyen terme, cette tendance se poursuive», affirme Christian Neuhaus, porte-parole de Swisscom.

Chez Sunrise, le porte-parole Roger Schaller confirme qu’il existe un «engouement général pour ce regroupement de prestations (ndlr: incluant mobile, télévision, ligne
téléphonique fixe et Internet)». Mais ce dernier ne peut fournir de chiffres précis, puisque l’opérateur présentera ses résultats à la mi-mars. Il y a un an, Sunrise harmonisait toutefois sa gamme d’offres… par «souci
de compréhension et de transparence pour ses clients», selon ses dires!

Reste le troisième larron de la branche: Salt. L’opérateur racheté par le milliardaire Xavier Niel est en train de faire le pari inverse en consacrant tous ses efforts sur la partie mobile. Avec ses forfaits de données illimitées, Salt mise ainsi sur des services de TV mobiles (ndlr: Zattoo, par exemple) comme alternative à la télévision. «Au bout du compte, les clients qui achètent toutes leurs prestations auprès du même opérateur perdent en flexibilité, et n’économisent finalement qu’une somme modeste d’argent», assure sa porte-parole, Thérèse Wenger.
O.W.

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.