Les dossiers sensibles s’accumulent pour Airbus

AviationPour améliorer sa marge bénéficiaire, l’avionneur devra régler ses soucis rencontrés sur plusieurs modèles.

L’avion militaire A400M a plombé à lui tout seul les résultats du groupe, puisque Airbus en estime les surcoûts et les retards à hauteur de 2,2 milliards d’euros.

L’avion militaire A400M a plombé à lui tout seul les résultats du groupe, puisque Airbus en estime les surcoûts et les retards à hauteur de 2,2 milliards d’euros. Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ils s’appellent A380, A350, A400M, AS332L2 ou encore H225. Derrière ces initiales se cachent des avions et des hélicoptères assemblés et vendus par Airbus. Ils ont tous la particularité d’être à l’origine d’enjeux majeurs pour le géant européen de l’aéronautique et d’être responsables des chiffres annuels décevants présentés mercredi. Si ses revenus ont augmenté de 3% pour atteindre les 67 milliards d’euros en 2016, son bénéfice net a chuté de 63% pour s’établir à 995 millions.

Quel avenir pour l’A380?
En 2016, le constructeur a accumulé les difficultés, comme le clouage au sol de deux de ses modèles de Super Puma (AS332L2 et H225) durant plusieurs mois suite à un accident en Norvège en avril ou son objectif de livraison de l’A350 juste non atteint (50 avions promis, 49 exemplaires livrés).

Ces soucis sont toutefois loin de ceux rencontrés par deux avions en particulier. Le premier est le modèle le plus emblématique du conglomérat: l’Airbus A380. A l’instar du 747 de son concurrent Boeing, le géant des airs ne séduit plus. Dans sa commande de décembre, portant sur 100 avions, la compagnie Iran Air a renoncé aux douze A380 inclus pourtant dans le protocole d’accord signé en janvier 2016.

Du coup, dès 2018, l’avionneur franco-allemand ne produira plus que douze engins volants de ce type, contre 27 en 2015. Quant à sa récente entrée au Musée de l’air et de l’espace (en banlieue parisienne), les plus cyniques pensent déjà que c’est là que se trouve la place de l’A380 à l’avenir. Si les rumeurs d’interruption de la fabrication de cet avion se multiplient, Airbus affirme qu’il n’en est rien.

Soucis militaires d’Airbus

L’autre grand défi pour Airbus: son modèle militaire, l’A400M. Cet avion de transport a plombé à lui tout seul les résultats du groupe, puisque Airbus en estime les surcoûts et les retards à hauteur de 2,2 milliards d’euros. La situation empire puisqu’en additionnant les charges supplémentaires de 2014 et 2015, ces dernières ne dépassaient pas les 850 millions.

Comme la France, l’Allemagne a commandé 50 exemplaires de ce modèle en 2003. Les deux pays sont exaspérés par la livraison au compte-gouttes pratiquée par Airbus.

Berlin a d’ailleurs sommé mercredi le constructeur de «régler les problèmes de son A400M au plus vite», suite à l’avertissement émis le même jour par Airbus annonçant que la situation pourrait se dégrader ces deux prochaines années. Tom Enders, son président exécutif, a assuré en réponse que «réduire les risques et renforcer l’exécution de ce programme serait prioritaire en 2017».

Défis macroéconomiques

A ces problèmes structurels s’en ajoutent d’autres conjoncturels. Les surprises survenues avec le Brexit et l’élection de Trump pourraient avoir des conséquences désastreuses sur Airbus. A la fin de janvier, Tom Williams, directeur général adjoint, s’inquiétait dans The Guardian des répercussions du Brexit sur les activités de son entreprise et sur les 15 000 personnes que celle-ci emploie outre-Manche. Sur le dossier américain, il redoute que Washington favorise son concurrent de Seattle, Boeing. «Nous entrons dans une phase dangereuse», a-t-il relevé.

Malgré ses nombreux retards de production, le groupe a dévoilé un programme de réduction de ses coûts en fin d’année dernière, incluant notamment le licenciement de plus de 1100 de ses employés. Un premier allégement de ses structures qui pourrait toutefois être suivi par d’autres si le géant aéronautique ne parvenait pas à vite ranger au placard ces nombreux dossiers sensibles. (TDG)

Créé: 22.02.2017, 20h33

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands débuts de la vidéo dans le foot
Plus...