Les Latsis pourraient perdre le contrôle sur EFG

Rachat de BSILa famille genevoise devra peut-être abandonner la majorité dans sa banque privée si celle-ci rachète le tessinois BSI.

EFG International, appartenant à 54,78% à la famille grecque Latsis, a confirmé «être en discussion exclusive» avec BTG Pactual pour lui reprendre sa filiale tessinoise BSI.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La place financière tessinoise vit un nouveau rebondissement dans le dossier BSI, un établissement crucial pour Lugano. Ce n’est pas la Banque Cantonale Tessinoise qui devrait reprendre BSI, comme elle a déclaré en janvier vouloir le faire avec deux investisseurs restés dans l’ombre, mais EFG International (2059 employés), comme le mentionnait le Financial Times à la fin du mois dernier.

EFG International, un groupe de gestion de fortune zurichois coté à la Bourse suisse et appartenant à 54,78% à la famille grecque Latsis, a confirmé hier «être en discussion exclusive» avec la banque brésilienne BTG Pactual pour lui reprendre sa filiale de gestion privée tessinoise BSI (1900 employés, dont 140 à Genève et Lausanne ).

Cette annonce pourrait signifier la perte de contrôle de la famille Latsis, bien connue dans l’arc lémanique, sur la banque de gestion privée EFG International.

Besoin de 1 milliard
En effet, le hic de cette annonce, signifiant dans le jargon un accès approfondi aux comptes de BSI, c’est qu’EFG International est incapable de racheter l’établissement tessinois sans procéder à une augmentation de capital.

Andreas Venditti, analyste chez Vontobel, parle d’un «besoin massif en capitaux». Son collègue Michael Kunz, à la Banque Cantonale de Zurich, estime le besoin en nouveaux fonds «comme équivalent à la valeur en Bourse d’EFG International», soit un milliard de francs.

Toute la question est de savoir si, et à quelle hauteur, les Latsis seraient d’accord de souscrire à cette augmentation de capital. Plus ils y participeraient, plus leur part sera maintenue. «Si les Latisis ne participent pas du tout à l’augmentation de capital d’EFG International, leur part chutera de 54,78 à 27%», a calculé Michael Kunz. Que veut faire la famille Latsis? Contactée à travers sa société mère EFG Bank European Financial Group, à Genève, elle n’a pas souhaité répondre.

Une autre variante serait qu’EFG utilise le modèle adopté par Julius Bär quand il a racheté les activités de gestion de fortune (hors Etats-Unis et Japon) de Merrill Lynch International, à savoir un payement échelonné au fur et à mesure que les mandats de gestion sont repris, ce qui nécessiterait moins de capitaux d’un coup.

Faire monter les prix
BTG Pactual a indiqué à la fin de 2015 avoir besoin d’argent, un besoin qui était devenu tout à coup moins pressant, histoire peut-être de faire monter le prix de vente de BSI.

Si les besoins en liquidités de BTG Pactual sont toujours importants mais que l’actionnaire EFG ne veut pas se lancer dans une augmentation de capital trop dilutive, il est possible aussi que la transaction se fasse à hauteur de «20 à 30% par un échange d’actions», a indiqué une source anonyme à Reuters, qui prévoit que la transaction sera annoncée la semaine prochaine. «Savoir si c’est EFG qui achètera BSI, ou l’inverse, cela dépendra de la structure fiscale la plus avantageuse», a ajouté cette source.

En réalité, la vente de BSI a déjà commencé, car le 10 février, le groupe d’IT bancaire Avaloq annonçait le rachat à BSI, pour un prix non dévoilé, des 49% qu’il ne détenait pas encore dans B-Source, un spécialiste de l’outsourcing bancaire.

Rappelons que la banque brésilienne BTG Pactual, qui venait de terminer l’achat de BSI pour 1,25 milliard de francs en septembre, annonçait quelques semaines plus tard déjà devoir s’en séparer à cause d’un besoin en liquidités en lien avec le scandale Petrobras, dans lequel elle est impliquée. (TDG)

(Créé: 20.02.2016, 11h15)
Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.