Le risque de crise financière se confirme

FinanceJPMorgan estime nécessaire de se protéger contre des créances douteuses liées au pétrole.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des angoisses de nouvelle crise financière, comme entre 2007 et 2009, persistent aux Etats-Unis. Le mois dernier, il était souvent admis qu’environ 5400 milliards de dollars avaient été investis dans le «shale oil industry» (l’industrie du pétrole et du gaz de schiste). Et JPMorgan Chase & Co a manifesté ce mercredi son intention de provisionner au premier trimestre un demi-milliard de dollars (495,6 millions de francs) supplémentaire. De quoi se protéger contre d’éventuelles créances douteuses, liées aux secteurs pétrolier et gazier.

La portée des annonces de JPMorgan (première banque états-unienne au regard des actifs sous gestion) a ainsi largement dépassé les attentes à Wall Street. L’établissement ayant en plus évoqué des baisses d’un cinquième, voire plus, des revenus de ses activités de banque d’investissement au premier trimestre.

Avec l’effondrement des cours du pétrole, Schlumberger Limited, le leader mondial des services parapétroliers, et les deux grandes firmes de forage Baker Hughes et Halliburton ont, il est vrai, décidé l’an dernier de supprimer 17 000 postes de travail en tout sur leurs terres d’origine. Environ un tiers des 175 compagnies pétrolières américaines sont en outre exposées à un risque élevé de faillite cette année, selon le consultant new-yorkais Deloitte. «La moitié des producteurs américains de pétrole de schiste pourrait faire faillite avant que le marché du brut ait atteint son équilibre», estime Fadel Gheit, analyste financier chez Oppenheimer & Co.

Dans ce contexte, JPMorgan ne se contente plus des 815 millions de dollars déjà provisionnés au terme de l’exercice écoulé. Avec un baril de brut se maintenant à 25 dollars pendant 18 mois, la firme de Manhattan prévient en plus qu’elle devrait encore accroître ses provisions de 1,5 milliard de dollars.

Le monde financier frissonne chez l’Oncle Sam. Mais JPMorgan Chase & Co tient à rassurer. Sa direction ne constate aucune contagion significative de ses tracas «énergétiques» vers les autres activités de crédit. (TDG)

(Créé: 24.02.2016, 20h41)

Articles en relation

Le prix du pétrole faiblit

Marchés Les prix du pétrole s'affichaient en petite baisse vendredi en cours d'échanges européens, souffrant d'une nouvelle consolidation des stocks américains de brut. Plus...

Le pétrole au plus bas depuis 2003 à New York

Marché Les cours du pétrole ont baissé jeudi, tombant au plus bas depuis presque treize ans. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Herrmann en vacances
Plus...