La pénurie de cash plonge l’Inde dans le chaos

Asie Pour lutter contre la fraude, les billets de 500 et 1000 roupies ont été remplacés. Mais les tricheurs s’en sont rapidement accommodés

C’est la cohue dans une banque de Jammu, capitale d’hiver de l’Etat du Jammu-et-Cachemire (nord de l’Inde). On y vient pour échanger les coupures devenues caduques.

C’est la cohue dans une banque de Jammu, capitale d’hiver de l’Etat du Jammu-et-Cachemire (nord de l’Inde). On y vient pour échanger les coupures devenues caduques. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le plan était presque parfait. Le premier ministre indien, Narendra Modi, a annoncé le mois dernier, sans préavis, le remplacement des grosses coupures afin de combattre l’argent noir et la corruption.

Quatre heures après sa décision, au début de novembre, les billets de 500 et 1000 roupies (7 et 14 francs), soit 86% du papier-monnaie et les devises préférées de ceux qui fraudent le fisc, sont devenus sans valeur. Caducs. Impossible de les échanger contre les nouvelles coupures de 500 et 2000 roupies dans les banques. Et ceux qui déposeront de grosses sommes attireront l’attention des services fiscaux.

Combines nombreuses

Un mois plus tard cependant, le stratagème montre déjà des signes de faiblesse. Il serait même en train d’échouer, à en croire les témoignages de patrons.

Arun dirige une PME dans l’est de l’Inde. Quelques jours après l’annonce, il reçoit la visite de fonctionnaires qui demandent leurs pots-de-vin habituels, le prix à payer pour gérer son usine à l’abri des tracas administratifs.

Ses interlocuteurs acceptent sans hésiter les vieilles coupures. Arun n’est pas surpris: «Pour recycler les anciennes devises, il suffit de les confier à un agriculteur qui déposera l’argent sur son compte et obtiendra de nouvelles espèces. Le fisc ne posera pas de question parce que les agriculteurs ne paient pas d’impôt sur le revenu. En échange, l’intermédiaire prélève une commission de 25%. C’est beaucoup, mais c’est moins que le taux d’imposition de 30% pour les hauts revenus.»

D’autres combines existent: «J’ai confié mes économies non déclarées à des proches et à mes employés pour qu’ils les placent sur leur compte. Le service des impôts ne s’intéressant qu’aux dépôts supérieurs à 250'000 roupies (3700 francs), l’opération passera inaperçue», confie un commerçant qui récupérera son argent en déduisant la somme sur les salaires qu’il verse. Alors que le remplacement des devises a un effet limité sur l’argent noir et la corruption, les répercussions sur le quotidien sont bien réelles.

Dans la capitale, des files interminables se pressent devant les banques pour échanger leurs devises, parfois en vain. Si certains se rabattent sur leur carte bancaire et des applications de paiement sur smartphone, la pénurie handicape plusieurs secteurs. Dans le bâtiment, le textile, l’agriculture, les ouvriers qui touchent leur salaire en liquide ne sont plus payés.

L’impact sur la croissance est difficile à cerner. «J’ignore dans quelle mesure la croissance ralentira. Tout dépendra du temps qu’il faudra à la Banque centrale pour injecter les nouvelles devises. Le premier ministre a parlé de cinquante jours, mais cela paraît optimiste. Les nouveaux billets sont de taille différente, il faut reconfigurer des millions de distributeurs à travers le pays», conclut Kunal Kundu, analyste à la Société Générale.

Essor du digital

La mesure prise par Narendra Modi a par contre fortement stimulé les paiements par le biais des téléphones portables. Paytm, la plus grande entreprise de porte-monnaie électronique en Inde, a enregistré plus de sept millions de transactions dans la journée qui a suivi la décision du premier ministre. Son concurrent MobiKwik a également enregistré des résultats spectaculaires.

(TDG)

Créé: 06.12.2016, 07h11

Articles en relation

En Inde, une entreprise propose la 4G à 2 francs

Télécommunications Avec des forfaits si abordables, la firme Reliance propose une révolution d’un nouveau genre dans l’univers du mobile. Plus...

L’Inde modernise sa flotte avec des Rafale

Défense L’Inde signe un contrat de 8 milliards de francs pour 36 chasseurs afin de mettre ses armes à niveau, face à la Chine et au Pakistan. Plus...

La reine Elisabeth II rendra-t-elle le «Koh-i-Noor»?

Dans «24 heures» Le 8 septembre 1976: le Pakistan et l’Inde demandent la restitution de l’inestimable diamant, anglais depuis 1849. Plus...

L’Inde se rêve en moteur de la croissance mondiale

Marchés émergents L’arrivée au pouvoir du parti de la droite nationaliste a-t-elle relancé l’économie ? Les analystes sont sceptiques Plus...

Les 17 sites de Le Corbusier à inscrire au patrimoine

Unesco De la France à la Suisse, en passant par le Japon et l’Inde, les réalisations de l'architecte vont enfin faire leur entrée à l’Unesco. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.