Hausse du chômage modérée à Genève

EmploiAlors que le taux grimpe de 3,4% à 3,7% dans le pays entre novembre et décembre 2015, celui du canton ne progresse que de 0,1 point. Mais le taux gagne 0,3 point sur une année à 5,7%. Explications

Image d'illustration. Olivier Ferro-Luzzi (au milieu), Professeur à la Haute Ecole de Gestion et à l’Université de Genève, lors d'une conférence.

Image d'illustration. Olivier Ferro-Luzzi (au milieu), Professeur à la Haute Ecole de Gestion et à l’Université de Genève, lors d'une conférence. Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’impact de l’envol du franc, suite à la suppression par la BNS du taux plancher de l’euro, commence à se refléter sur le chômage. Professeur à la Haute Ecole de Gestion et à l’Université de Genève, directeur durant 5 ans de l’Observatoire universitaire de l'emploi de l'UNIGE, Giovanni Ferro-Luzzi partage cet avis. «Les entreprises suisses ont été confrontées à ce choc très important. Celles qui sont tournées vers l’exportation, en particulier, ont d’abord rogné sur leurs marges et elles ont trouvé différentes solutions leur permettant d’épargner l’emploi. Mais avec la pression continue du franc fort, elles ont dû commencer à lâcher du lest et cela se répercute sur le marché du travail». Même si les chiffres de décembre reflètent aussi un problème saisonnier .

Plus haut niveau depuis avril 2010

Le taux de chômage en Suisse a grimpé de 3,4% à 3,7% de novembre à décembre 2015. Le nombre de chômeurs inscrits auprès des offices régionaux de placement (ORP) s’affichait ainsi à 158 629 à l’heure du Nouvel-An. La comparaison entre décembre 2014 et le mois dernier permet toutefois de mieux mesurer les retombées de la fin du taux plancher annoncée le 15 janvier 2015 par la Banque nationale Suisse (BNS). Le taux de chômage helvétique est en effet monté de 0,3 point de pourcent. Il s’agit de son plus haut niveau depuis avril 2010, alors que les retombées de la crise financière mondiale commençait alors à s’estomper pour la Suisse. Giovanni Ferro-Luzzi met dès lors en garde contre une fausse image du chômage dans les cantons romands.

Le canton de Neuchâtel a désormais lâché Genève et enregistre, seul, le taux de chômage le plus élevé de Suisse, à 6,1%. La progression est de 0,5 point par rapport à novembre 2015 comme par rapport à décembre 2014. Il s’agit de la même hausse que le Jura (+0,5 point par rapport à fin 2014 à 4,6%) qui enregistre lui un effet saisonnier moindre. Le canton de Genève n’a pour sa part vu son taux de chômage progressé que de 0,1% depuis novembre à 5,7%. Une hausse très modérée en comparaison des autres romands et qui réjouit le Département de l'emploi, des affaires sociales et de la santé (DEAS), qui a publié hier ces chiffres. Il y voit les premiers fruits d’une collaboration accrue entre les entreprises genevoises et l’Office cantonal de l’emploi.

L’ancien responsable de de l’Observatoire universitaire de l'emploi de l'UNIGE remarque pour sa part que la progression du taux de chômage de Genève est de 0.3 point entre fin 2014 et fin 2015. Ce qui est dans la moyenne suisse, mais est supérieure au canton de Vaud (+0,1 point). Ce qui signifie que ce dernier «a relativement bien résisté» et ne ressent dans l'ensemble pas encore véritablement le nouveau bond du franc. Selon Giovanni Ferro-Luzzi, la diversification de ses activités joue un rôle important pour amortir le choc. Neuchâtel est le plus touché car son économie repose essentiellement sur deux secteurs d’exportations phares, les machines-outils et l’horlogerie. Dans ce dernier, Genève enregistre aussi un contrecoup puisque cette activité est la plus touchée en novembre avec l'administration publique et les assurances sociales.

A relever qu’en chiffre, le canton de Genève comptait 13 448 personnes au chômage à fin décembre dernier (y compris les chômeurs en fin de droit). Ce qui signifie qu’en une année, de décembre 2014 à décembre 2015, leur nombre a progressé de 6% contre 7,6% au plan suisse, alors que les demandeurs d’emploi ont eux augmenté de 5,6% (8% au plan suisse).

Dans le canton de Vaud, la hausse de 0,3 point depuis novembre est attribuée avant tout au ralentissement saisonnier des métiers du bâtiment. Le taux de chômage atteint dès lors 5,2%. Mais comme le rappelle l’Etat de Vaud dans son communiqué, «si le canton pratiquait comme la majorité des cantons, son taux de chômage serait réduit de 0.6 point et atteindrait 4.6%. En effet, le canton de Vaud est le seul à recenser les chômeurs en fin de droits: il rassemble à lui seul 81% de tous les bénéficiaires de l'aide sociale inscrits comme chômeurs en Suisse» !

Le nombre de chômeurs inscrits s'élève à 19 498. Ainsi en une année, dans un contexte très tendu pour les entreprises, l’effectif des chômeurs n’a augmenté «que» de 1,9% ! Voilà un résultat qui surprend en bien.

Pour les mois à venir, à entendre le professeur Giovanni Ferro-Luzzi, il ne faut toutefois pas encore s’emballer: «le chômage n’est pas seulement influencé par le franc fort, dit-il, il y a d’autres facteurs qui vont compter, comme l’incertitude qui règne toujours sur les effets de l’initiative contre l’immigration de masse. Au niveau de la conjoncture mondiale, c’est la Chine qui inquiète: un ralentissement dans ce pays a des retombées importantes sur l’industrie horlogère et de luxe. Mais il y a également la politique monétaire de la Banque centrale européenne et celle de la Suisse. La BNS va –t-elle maintenir des taux négatifs? Une relance en Europe serait un facteur positif comme une hausse de la consommation intérieure. Sans oublier l’évolution du prix du pétrole. Ce sont là plusieurs points qui vont avoir une grande influence sur l’évolution du chômage cette année». (TDG)

(Créé: 08.01.2016, 19h01)

Giovanni Ferro-Luzzi, Professeur à la Haute Ecole de Gestion et à l’Université de Genève.

Articles en relation

Le chômage sous le coup des effets du franc fort

Conjoncture Le chômage a poursuivi sa lente progression en Suisse le mois dernier pour passer à 3,4%. Légère hausse à Genève, stabilité pour Vaud. Plus...

«Le chômage atteindra 3,7% l'an prochain»

Industrie Suisse Les licenciements dans l'industrie suisse se poursuivent à une haute cadence à cause du franc fort. Le chômage suisse passera de 3,3% en octobre à 3,7% l'an prochain Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Nouvelle hausse massive de l'assurance- maladie
Plus...