Trump n’est plus notre ami

La semaine en Bourse

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Depuis qu’il a été élu à la présidence, Donald Trump a su se faire l’ami de la finance, l’idole de Wall Street. Les intervenants de tous bords, qu’ils aient voté pour lui ou pas, lui ont rapidement trouvé des qualités indéniables. Des qualités qui sont censées donner un soutien essentiel à l’économie.

Depuis le mois de novembre on espère que Trump va favoriser la fiscalité des entreprises, dépenser pour l’armement et investir dans les infrastructures.

Il ne faut pas se leurrer, c’est là-dessus que le marché est principalement monté depuis ces cinq derniers mois. Mais comme toute spéculation, tout espoir, plus le temps passe, plus c’est difficile d’y croire. Cette semaine, lorsqu’on a vu que le nouveau plan de santé aurait de la peine à passer la rampe et ce, même auprès des républicains, le marché a pris froid.

Le coup de froid était léger, après tout l’hiver s’est terminé cette semaine, mais tout même, il faut noter que c’était la première fois depuis 109 jours que les indices américains s’offraient une baisse de 1%.

Un pour-cent de baisse c’est risible au vu de la bulle Internet, de la crise des subprimes, ou même de la crise grecque. Mais comme d’habitude en période de disette, faute de grives, on mange des merles.

Les intervenants ont vécu une période de surexcitation qui a duré au moins 24 heures. Vingt-quatre heures pendant lesquelles, tous les adeptes de la théorie de la fin du monde économique se sont rendus au studio de CNBC pour faire la queue afin d’exprimer dans le détail dans quel genre de krach boursier nous allions tomber, krach annoncé depuis 18 mois et qui refuse toujours de se déclencher.

Globalement, sur la semaine, on s’en sort tout de même pas trop mal, mais on sent qu’il y a un début de quelque chose qui se passe. Reste à voir si c’est une fausse alerte ou pas. C’est triste de se dire que tout est dans les mains de la politique, et, en plus, de la politique américaine. (TDG)

Créé: 27.03.2017, 09h45

Thomas Veillet, fondateur du site Investir.ch (Image: Laurent Guiraud)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Fête de la musique
Plus...