Le pétrole toujours sous pression

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La baisse des prix du pétrole et ses conséquences sur l’industrie ont inquiété les investisseurs l’an dernier. Ces préoccupations ont redoublé ces dernières semaines, malgré le recul de l’offre excédentaire de pétrole, reflet de la baisse de la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis.

Les facteurs influençant le marché ont évolué, la situation au Moyen-Orient prenant le dessus sur la production américaine. En outre, la chute du prix en dessous de 30 dollars le baril, concomitante à la débâcle des marchés actions, a ravivé les craintes d’une croissance mondiale et, en corollaire, d’une demande de pétrole plus faible qu’anticipé.

Si les indicateurs avancés restent bien orientés en ce qui concerne la demande, la situation au sein de l’OPEP ne s’est pas améliorée. Certes, un accord a été trouvé à la mi-février entre certains pays producteurs. Mais il ne porte que sur un gel des niveaux de production, pas une baisse de celle-ci, et n’inclut pas les pays qui auraient la capacité d’augmenter leur production dans les mois à venir, comme l’Iran ou l’Irak.

Enfin, près de deux années d’offre excédentaire conjuguées à des températures douces ont porté les stocks à des niveaux historiques – une accumulation qui devrait se poursuivre jusqu’au printemps. Dans le cas où l’offre excédentaire venait à surpasser les capacités de stockage, l’effondrement des prix serait tel que de nombreuses capacités de production devraient être coupées, afin de permettre un rééquilibrage du marché plus rapide.

Si le pétrole devrait à terme retrouver un prix d’équilibre supérieur aux niveaux actuels, force est de reconnaître que des vents contraires soufflent, susceptibles d’alimenter encore la volatilité à court terme.

(Créé: 24.02.2016, 20h23)

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Migrants: déjà 2700 morts en Méditerranée cette année
Plus...