Des crises et des paris

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les crises financières sont toujours provoquées par les paris démesurés entrepris par le monde de la finance…avec de l’argent emprunté ! Secteur bancaire éternellement préoccupé de majorer ses profits qui finit par imploser sous le poids d’un levier faramineux. Culture de la dette et du risque à outrance mise en pratique par plusieurs générations de banquiers considérant l’augmentation régulière de leur bonus comme un acquis. C’est l’ensemble de cette corporation qui s’est retrouvée à la manœuvre pour développer à l’infini le bilan de leur banque-employeur et en récolter les fruits. Citigroup –qui avait mis un siècle à parvenir en 2001 à un bilan de 1’000 milliards de dollars- put le doubler en six ans puisque celui-ci avait atteint la taille de 2’000 milliards en 2007, juste avant les subprimes.

Il faut nourrir la bête et tout le monde s’est mis à ce petit jeu lucratif, même les émegents qui ressentent aujourd’hui rudement le choc des endettements privés et publics. C’est donc la course globalisée aux profits qui règne sur le monde, à condition que ces bénéfices soient engrangés le plus rapidement possible. Il va donc de soi que les investissements à destination de l’économie réelle –rentables sur le moyen terme– sont délaissés au profit de tous les instruments à même de cracher des profits sur le court terme.

Nos économies subissent aujourd’hui une paralysie induite par la déficience des investissements et par la croissance hyperbolique du système financier. Les banques ont cessé de prêter à l’économie pour se concentrer sur le casino planétaire qui leur permettait de multiplier des profits tout aussi virtuels que massifs. Voilà pourquoi les records des mois et des années précédents enregistrés sur les marchés boursiers étaient aberrants. Voilà également pourquoi ils appartiennent aujourd’hui à des temps révolus. Car on ne peut indéfiniment et impunément spéculer, jouer, se payer avec de l’argent fictif. Aujourd’hui, Wall Street rejoint enfin Main Street dans son infortune. (TDG)

(Créé: 19.02.2016, 21h06)

Michel Santi, directeur d'Art Trading Finance

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.