Un axe secret contre le krach du pétrole

Diplomatie des hydrocarburesAccord inattendu mardi entre Moscou et Riyad. Ce n’est qu’un premier pas.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Russie et l’Arabie saoudite s’entendent-elles pour maintenir leur rythme d’extraction à son niveau actuel? La rencontre, mardi au Qatar, a brièvement causé un renchérissement du pétrole. Le symbole est fort. Les deux premières puissances pétrolières se mobilisent pour canaliser les flots de brut se déversant sur la planète. Face aux conséquences immédiates limitées de ce «gel» – qui consiste surtout à ne pas accroître le débit de puits pétroliers dont les vannes sont de toute façon… ouvertes au maximum – le soufflé est pourtant vite retombé. A Londres en fin de journée, le baril de 160 litres de brut, de nouveau en baisse, ne s’échangeait plus qu’à 32 dollars pièce. Soit moitié moins qu’il y a deux ans. Le renchérissement des carburants – dont les tarifs sont au plus bas depuis douze ans dans les stations-service helvétiques – n’est donc pas pour tout de suite.

«En réalité, on attendait trop l’annonce d’une éventuelle réduction de la production», écrit Olivier Jakob, responsable de Petromatrix à Zoug.

Au nom de Téhéran?

Au fond, la finalité de cette rencontre au Qatar reste floue. A en croire Petromatrix, il n’est en effet en rien garanti que le ministre russe du Pétrole, Alexander Novak, s’est rendu dans le Golfe pour s’entendre avec son homologue Ali Al-Naïmi sur une réduction de production. C’est-à-dire sur un sacrifice commun destiné, à terme, à provoquer une inflammation des cours mondiaux qui bénéficierait à tous les Etats pétroliers du globe.

L’opposition à une telle entente affichée il y a peu encore par Igor Setchin, le responsable du géant pétrolier étatique Rosneft et proche allié du président russe Poutine, parle d’elle-même. Chacun pour soi.

A en croire le bureau d’analyse zougois, le ministre russe du Pétrole était peut-être au Qatar pour représenter l’Iran face aux Saoudiens. Un rôle d’intermédiaire sur la scène stratégique du pétrole similaire à celui joué par la Suisse sur le front diplomatique, alors que Riyad et Téhéran ont rompu leurs relations. Au moment où l’Iran commence à accroître ses exportations de brut, «il devrait être l’intérêt des Saoudiens de figer les rythmes d’extraction», répète Olivier Jakob.

Car même si les vannes ne sont pas refermées, le coup de semonce instillerait le doute parmi l’armée de spéculateurs pariant sur le maintien durant des années des prix des hydrocarbures au plancher. Un poison de soupçon qui ouvrirait la voie «à un renchérissement durant la deuxième partie de l’année», esquisse Olivier Jakob.

«Que le début», selon Riyad

Si leur parfum paraît déjà éventé, ces manœuvres pétro-diplomatiques apparaissent comme une étape importante. Pour la première fois depuis des mois, Moscou et Riyad – pourtant en guerre par procuration sur le front syrien – s’entendent sur un contrôle, même symbolique, de leur extraction pétrolière.

Ce qui peut ouvrir la voie à des tractations secrètes d’une autre ampleur. Afin d’impliquer l’ensemble des pays de l’OPEP – le cartel emmené par les Saoudiens qui a la haute main sur le tiers des approvisionnements de la planète. Pour organiser le resserrement méthodique des vannes pétrolières. Le ministre saoudien a prévenu, ce 16 février marque le «début d’un processus». (TDG)

(Créé: 17.02.2016, 08h20)

Articles en relation

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Inauguration du Gothard
Plus...