UBS laisse le Credit Suisse derrière elle

BilanLe Credit Suisse a perdu des milliards l'an dernier. UBS voit ses chiffres partir à la hausse.

Les chiffres montrent également des divergences au niveau structurel.

Les chiffres montrent également des divergences au niveau structurel.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les deux grandes banques suisses avancent actuellement de manières différentes. Tandis que le Credit Suisse doit supporter des charges héritées du passé et une restructuration, UBS peut déjà profiter de sa transformation réussie. UBS ne peut pas pour autant se soustraire au développement de l'économie.

Les succès passés peuvent constituer des poids. C'est en tout cas ce que montre la comparaison entre les deux grands établissements bancaires suisses.

Passant relativement bien la crise financière, le Credit Suisse n'a apparemment pas réussi à s'adapter suffisamment vite aux nouvelles réalités. Et le numéro deux bancaire helvétique assainit seulement maintenant de vieilles charges financières et structurelles, dont elle UBS s'est déjà acquittée.

Le Credit Suisse a ainsi perdu des milliards l'an dernier. UBS a présenté par contre son deuxième meilleur résultat depuis la crise financière. Les coûts liés à des acquisitions manquées et des démêlés judiciaires dans le passé ont fait la différence.

Divergences structurelles

Les chiffres montrent également des divergences au niveau structurel. Depuis 2013, UBS a davantage augmenté ses rendements dans la gestion de fortune que le Credit Suisse.

Le numéro un bancaire helvétique a également enregistré de meilleurs résultats dans la banque d'investissement. Alors qu'UBS a essuyé depuis 2013 un recul de seulement 5% de ses bénéfices, ceux-ci se sont tassés de plus d'un cinquième pour de ses bénéfices, ceux-ci se sont tassés de plus d'un cinquième pour le Credit Suisse.

Le commerce de titres à taux fixe, dont UBS s'est déjà séparé, constitue la principale raison de cette différence. Cette restructuration au sein de la banque d'investissement n'en est par contre qu'à ses prémices chez le Credit Suisse.

Programme d'économie

La comparaison des affaires en Suisse des deux grandes banques amène à une conclusion similaire, même si la différence est ici plutôt faible. Les deux établissements ont ainsi pu élever les produits d'intérêts l'an dernier, les produits des commissions continuant par contre de s'enfoncer.

Au niveau des résultats avant impôt cependant, UBS a réussi à optimiser ses affaires ces trois dernières années. Ils ont grimpé pour le numéro un bancaire helvétique. Ces résultats ont par contre fluctué pour le Credit Suisse.

Ainsi, le Credit Suisse a en comparaison une moins bonne relation entre les dépenses et les revenus. Alors qu'UBS a pu améliorer cette quote à 57%, celle-ci a stagné à 67% pour le Credit Suisse.

Un programme d'économie a donc également été élaboré chez ce dernier: 1600 postes doivent disparaître d'ici 2018. L'an dernier, la banque avait encore créé 1000 nouveaux postes dans le marché suisse. (ats/nxp)

(Créé: 04.02.2016, 19h09)

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Présidentielle
Plus...