Taux d'intérêt négatifs: la Banque du Japon choque

BourseLa BoJ a pris de cours les marchés financiers vendredi avec cette décision.

Cette décision vise à prévenir le risque de voir la volatilité des marchés.

Cette décision vise à prévenir le risque de voir la volatilité des marchés. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Banque du Japon a pris de court les marchés financiers vendredi en adoptant des taux d'intérêt négatifs. Sa décision vise à prévenir le risque de voir la volatilité des marchés internationaux atteindre la confiance des milieux d'affaires et raviver un état d'esprit déflationniste.

Par cinq voix pour et quatre contre, la banque centrale a décidé de prélever 0,1% d'intérêt sur les comptes courants que les institutions financières détiennent à la Banque du Japon (BoJ). Elle a dans le même temps repoussé de six mois l'échéance qu'elle s'était donnée pour atteindre son objectif de hausse des prix de 2%.

En fixant à -0,1% son taux de dépôt, un outil qui consiste à pénaliser les banques qui placent leurs liquidités dans ses coffres plutôt que de les prêter, la BoJ devrait stimuler le crédit et donc l'activité économique. Cette mesure entrera en vigueur à partir du 16 février et pourrait être amplifiée «si jugé nécessaire», a précisé l'institution.

En juin 2014, la Banque centrale européenne (BCE) était devenue la première grande banque centrale du monde à tester les taux négatifs, imitant ainsi la politique suivie par d'autres banques centrales de plus petite taille comme celle du Danemark ou la Banque nationale suisse (BNS).

Rachat d'actifs reconduit

Le comité de politique monétaire de la BoJ a par ailleurs reconduit à l'identique son vaste programme de rachat d'actifs d'un montant actuel de 80'000 milliards de yens par an (quelque 677 milliards de francs), qui était resté inchangé depuis fin octobre 2014.

La banque centrale explique avoir décidé de passer à la vitesse supérieure du fait de «la volatilité des marchés financiers mondiaux, sur fond de poursuite du déclin des prix du pétrole et d'incertitudes dans les pays émergents et exportateurs de matières premières, en particulier en Chine».

«Pour ces raisons, il y a un risque grandissant» que le moral des entreprises japonaises soit affecté et la fin de la déflation retardée, justifie-t-elle.

La reprise reste très fragile dans l'archipel. Selon des statistiques publiées un peu plus tôt vendredi par le gouvernement, l'inflation était quasi nulle en décembre ( 0,1%), la consommation des ménages a accentué son recul (-4,4% sur un an), tout comme la production industrielle (-1,4% sur un mois). Quant aux exportations, elles manquent de vigueur face au ralentissement en Chine, partenaire commercial majeur du Japon. (ats/nxp)

(Créé: 29.01.2016, 07h00)

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Migrants: déjà 2700 morts en Méditerranée cette année
Plus...