Les Canadiens frappés par la dégringolade de leur dollar

MonnaieLa chute rapide du dollar canadien dans le sillage des prix du pétrole frappe de plein fouet les consommateurs.

Le dollar canadien a depuis perdu près du tiers de sa valeur.

Le dollar canadien a depuis perdu près du tiers de sa valeur. Image: DR/Photo d'illustration

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les ménages canadiens doivent réduire leur train de vie en raison d'un renchérissement marqué du coût de la vie.

A parité avec le dollar américain de 2010 à 2013, le dollar canadien a depuis perdu près du tiers de sa valeur et est tombé cette semaine sous le seuil des 70 cents US, une première depuis douze ans.

Cette dégringolade du «huard», du nom de l'oiseau qui apparaît sur la pièce de un dollar canadienne, suit celle du pétrole, qui constituait jusqu'à l'an dernier le principal produit d'exportation du pays. Or le prix du brut est tombé cette semaine sous la barre des 30 dollars le baril, bien loin des 100 dollars qui ont alimenté la croissance canadienne dans la dernière décennie.

L'impact de cette chute de la monnaie se répercute directement sur les étiquettes dans les supermarchés, et ce n'est pas fini.

Le prix des légumes explose

En 2015, les prix des aliments ont augmenté plus vite que l'inflation pour une quatrième année d'affilée, avec une hausse de 4%, selon une étude de l'université de Guelph en Ontario. Pour les légumes, la hausse a atteint 10%, et 9% pour les fruits et les noix.

Au final, à la caisse, c'est 325 dollars de plus que les consommateurs ont dû débourser l'an dernier pour se nourrir, selon Guelph, qui prédit une hausse de 4% du prix des aliments en 2016.

Cette flambée s'explique parce que «80% des fruits et des légumes que nous consommons sont importés, ce qui rend leurs prix hautement vulnérables aux fluctuations des devises», souligne Sylvain Charlebois, l'un des auteurs de l'étude.

Le prix des légumes, importés surtout des Etats-Unis, a explosé depuis l'épuisement des récoltes locales à l'automne. Un phénomène qu'illustrait avec mordant jeudi un dessin paru dans le quotidien National Post montrant un couple se présentant à la banque pour contracter un emprunt afin d'acheter un chou-fleur.

Le prix de ce légume, prisé dans les gratins par les grands froids de l'hiver, a triplé, voire quadruplé, depuis quelques mois, atteignant jusqu'à 8 dollars (5 euros) dans certaines villes.

Même les sportifs touchés

La dévaluation mécanique pousse aussi des Canadiens à sacrifier leurs traditionnelles vacances hivernales dans le sud des Etats-Unis.

L'ardoise se fait lourde aussi pour les équipes canadiennes de sport professionnel, comme les Canadiens de Montréal au hockey sur glace, qui paient les salaires de leurs joueurs millionnaires en dollars américains.

Les Canadiens ne sont pas au bout de leurs peines, prévient l'économiste Hendrix Vachon, de la banque Desjardins, qui prédit des hausses de prix pour plusieurs autres biens de consommation, comme l'habillement ou l'électronique. En 2015, souligne-t-il, le dollar canadien s'est déprécié «contre l'ensemble des autres devises des pays avancés», une douzaine en tout, du yuan chinois au won sud-coréen en passant par l'euro ou la livre sterling.

A court terme, la reprise de la demande aux Etats-Unis, pays avec lequel le Canada fait les trois-quarts de ses échanges commerciaux, représente la principale lueur d'espoir pour sortir l'économie canadienne de sa léthargie, avec un rebond envisageable des exportations hors pétrole, ajoute-t-il. Et permettre au «huard» de remonter autour de 75 cents US d'ici la fin de l'année.

En revanche, d'autres, comme la banque Macquarie, prédisent la poursuite de la glissade du dollar canadien jusqu'à 59 cents US dans les prochains mois, ce qui serait du jamais vu depuis que le Canada a décidé de laisser flotter sa devise en 1971.

Une perspective qui ne déplaît toutefois pas au secteur touristique: celui-ci constate un retour en force des touristes américains dans les hôtels ou les stations de ski. «C'est bien connu, le malheur des uns fait le bonheur des autres», dit à l'AFP Eve Paré, PDG de l'Association des hôtels du grand Montréal.

(afp/nxp)

(Créé: 17.01.2016, 08h05)

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

le Royaume-Uni quitte l'UE
Plus...