Les Bourses du Golfe plombées par l'Iran et le pétrole

MarchésLes places financières des monarchies pétrolières du Golfe ont fortement chuté dimanche.

Inquiétudes à la Bourse de Dubaï.

Inquiétudes à la Bourse de Dubaï. Image: DR/Photo d'illustration

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les marchés ont été plombés par la baisse des prix du brut et la perspective du retour de l'Iran sur le marché.

Ce recul, enregistré au début de la semaine boursière dans le Golfe, fait suite aussi au recul des places financières internationales vendredi. La levée des sanctions internationales imposées à Téhéran, suite à l'entrée en vigueur samedi de l'accord nucléaire avec les grandes puissances, va permettre le retour de la République islamique sur le marché pétrolier, déjà saturé par une abondance de l'offre.

Le prix du pétrole, qui contribue à plus de 80% aux revenus des pays arabes du Golfe, a reculé de 20% sous la barre des 30 dollars depuis le début de l'année après une baisse de 65% ces deux dernières années.

Les sept places du Golfe ont connu un petit vent de panique avec des mouvements de vente qui ont provoqué une plongée des indices. La Bourse saoudienne, la plus importante des pays arabes, a chuté de 6,5% après avoir ouvert à -5,5%.

L'indice Tadawul All-Shares a perdu plus de 300 points quelques minutes après l'ouverture du marché, sous la barre de 5500 points, tous les secteurs passant au rouge. Les valeurs pétrochimiques ont dégringolé de 8% et les bancaires de 5,3%.

Depuis début 2016, cette place a cédé 21,1%, plus que toutes ses pertes de 2015. Les places de Dubaï et du Qatar ont cédé jusqu'à 6% chacune, avant de remonter légèrement.

Le Dubai Financial Market était en baisse de 5% à la mi-journée, sous la barre des 2700 points. Les valeurs vedettes Emaar, géant de l'immobilier de Dubaï, et Arabtec, leader du BTP, cédaient respectivement 5,3% et 7%.

150 milliards de dollars perdus

Depuis le début de l'année, Dubaï a reculé de 15% et le Qatar de 17%. Le Qatar Exchange, deuxième marché du Golfe après celui de l'Arabie saoudite, a connu de fortes fluctuations à l'ouverture dimanche. Il était à -5,6% à la mi-journée, sous les 8700 points.

L'Abu Dhabi Securities Exchange a cédé 4,3%, mais est resté au-dessus de la barre des 3700 points, tous les secteurs étant dans le rouge. Le Kuwait Stock Exchange a reculé de 3,2% sous les 5000 points, son niveau le plus bas depuis 2004. Le petit marché d'Oman a perdu 1,5% et celui de Bahreïn 0,3%.

Depuis le début de l'année, les sept marchés du Golfe ont perdu plus de 150 milliards de dollars (150 milliards de francs) de leur capitalisation totale qui est estimée actuellement à 800 milliards de dollars. Tous les marchés du Golfe ont fini l'année 2015 sur de fortes baisses, emmenés par la Bourse saoudienne, sur fond de dégringolade du prix du pétrole. (ats/nxp)

(Créé: 17.01.2016, 09h23)

Articles en relation

Plombé par l'Iran, le pétrole finit sous les 30 dollars

Bourse de New York Les cours du pétrole ont fini pour la première fois depuis douze ans à moins de 30 dollars le baril à New York. Plus...

Réactions contrastées au dossier iranien

Accord de Vienne La levée des sanctions contre l'Iran dans le cadre de l'accord sur le nucléaire a été diversement accueillie. Plus...

Pour Israël, l'Iran veut toujours l'arme atomique

Diplomatie Malgré l'accord sur le nucléaire, l'Iran tente encore de se doter de l'arme atomique, accuse Netanyahou. Plus...

Les multinationales prêtes à se ruer sur l'Iran

Accord Europe, Chine, Russie, Etats-Unis... les multinationales ont posé des jalons pour accéder au marché iranien. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Leuthard succède à Schneider-Ammann
Plus...