«La pharma n'échappera pas à une baisse de prix»

Selon le patron de la société vaudoise Debiopharm, le milieu n'aura pas d'autre choix que de réduire les tarifs des médicaments.

Image: www.debiopharm.com

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les médicaments sont trop chers et leurs prix devront baisser, estime Thierry Mauvernay. «Le monde de la pharma n'y échappera pas», affirme le patron du groupe pharmaceutique vaudois Debiopharm.

«Nous devrons tous baisser le prix de nos produits, même s'ils ont coûté des centaines de millions, voire 1 milliard de francs, pour leur développement et leur commercialisation au bout de dix à quinze ans de travail», explique Thierry Mauvernay dans un entretien au «Matin Dimanche».

Ce dernier souligne que les sociétés pharmaceutiques devront d'une part s'adapter à la concurrence et au comportement des patients face à leur propre santé, mais aussi qu'elles pourront faire plus avec moins d'argent, grâce aux nouvelles technologies. «En outre, les finances des Etats et des assurances exercent une pression sur les prix».

«Oui, le prix des médicaments va baisser», conclut ainsi le patron de Debiopharm. «C'est, d'abord, moralement juste pour que les pays les plus pauvres puissent y avoir accès, mais c'est également cohérent économiquement.»

L'arc lémanique manque de locomotives

Par ailleurs interrogé sur la «Health Valley» lémanique, Thierry Mauvernay réaffirme qu'elle n'est pas encore une réalité en tant qu'important centre des sciences de la vie. Selon lui, l'écosystème de l'arc lémanique est actuellement composé d'un agglomérat de start-up, mais manque de grands groupes.

«Medtronic, Ferring et Debiopharm ne peuvent pas à eux seuls générer ce dynamisme, cet écosystème absolument nécessaire au développement d'un centre mondial de la santé. A ce titre, la fermeture de Merck Serono à Genève, qui fut suivie du départ de Shire et d'Alexion, a été un vrai problème pour le développement des sciences de la vie», souligne Thierry Mauvernay.

Et ce dernier d'appeler de ses voeux l'implantation de grandes multinationales pharmaceutiques dans la région. «Mais attention, je ne parle pas d'une installation purement opportuniste d'un siège social qui peut déménager du jour au lendemain pour des raisons fiscales. Les implantations que je souhaite doivent comporter des activités opérationnelles (...).» (ats/nxp)

(Créé: 28.02.2016, 09h57)

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'Italie dit non au référendum de Renzi
Plus...