La Suisse compte 45'000 cochons de trop

ElevageLa Suisse a trop de cochons, bien plus que ce que le marché peut absorber. Une «taskforce» se réunit mercredi prochain pour tenter de trouver des solutions à une situation qualifiée de dramatique.

La surproduction de viande de porc est avérée en Suisse en 2014.

La surproduction de viande de porc est avérée en Suisse en 2014. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les porcheries en Suisse débordent de cochons et les surplus ne n'écoulent quasiment plus. Comme l'indique le journal Schweizer Bauer, le pays compte 45'000 têtes de trop.

Certes la frontière entre surproduction et pénurie est parfois mince dans la branche mais la donne est cette fois différente. «La situation n'a jamais été aussi dramatique sur le marché de la viande de porc», s'inquiète Peter Schneider chez Proviande, l’interprofession suisse de la filière viande.

Mini-euphorie chez les producteurs

La mauvaise saison d'été pour les grillades a représenté un problème supplémentaire qui n'a fait qu'amplifier les soucis d'écoulement déjà existants. En outre, la consommation de viande de porc stagne depuis 2004 et a même reculé depuis deux ans au profit des volailles et des poissons, rappelle le Tages-Anzeiger ce mercredi 1er octobre.

Chaque année, ce sont en moyenne 2,5 millions de porcs qui finissent chez le boucher. Ce nombre devrait croître pour l'exercice en cours car le marché a été demandeur en 2013, ce qui a déclenché une mini-euphorie chez les éleveurs. Sur un an, le nombre de têtes a crû de 1,2%.

Des importations en forte hausse

La profession se refuse pourtant à parler de surproduction et met en avant les importations de viande hors contingents, une pratique dopée par les prix plus bas à l'étranger. En 2013, ce sont ainsi 1671 tonnes qui ont franchi les frontières et rien que cette année, 2117 tonnes ont déjà été importées.

Et comme toujours, lorsque l'offre dépasse la demande, les prix partent à la baisse. Si un éleveur recevait 4,70 francs par kilo en juillet, il ne peut en espérer plus que 3,60 francs actuellement. Et beaucoup de bêtes, confinées en étable en raison des mauvaises conditions météo, dépassent facilement le quintal, ce qui fait encore baisser les tarifs.

«On n'en voit pas la fin», s'inquiète un éleveur qui préfère garder ses bêtes plutôt que trop perdre en les vendant aux abattoirs.

Vers une «taskforce»

La branche ne veut plus de ce cercle vicieux et s'apprête à réagir. Une séance de crise est prévue pour mercredi prochain, qui doit réunir éleveurs, commerçants et bouchers. «Avec cette 'taskforce', nous voulons trouver des solutions à la situation d'excédents», ajoute Peter Schneider.

Une sortie de crise passe par davantage d'abattages et de ventes dans les filières. A plus long terme, la branche devra se coordonner à tous les niveaux, ajoute Peter Schneider pour qui les éleveurs ne pourront plus autant produire alors que la consommation de viande de porc recule.

Des prix réduits dans les grandes surfaces

Les producteurs en sont conscients. «Dans l'immédiat, il faut réduire les excédents et relancer la consommation avec des tarifs attractifs», reconnaît Markus Käppeli chez Suisseporcs.

Du côté des revendeurs, Migros, Coop et Denner aussi donc des rabais et des baisses de prix, certains ayant déjà commencé voici quelques semaines. Migros évoque une réduction des tarifs de 10% et même de 13% chez Coop.

Traditionnellement, les affaires repartent à l'approche des fêtes de fin d'année mais Proviande reste encore prudente. «J'espère que le marché aura un comportement normal d'ici Noël», tempère Peter Schneider. (nxp)

(Créé: 01.10.2014, 16h22)

Mots-clés

Articles en relation

Le Conseil des Etats s'inquiète des importations de viande

Tourisme d'achats Le Conseil des Etats craint que les nouvelles franchises douanières menacent le commerce de la viande suisse. Il a adopté lundi une motion exigeant des mesures. Le Conseil fédéral s'y est opposé en vain. Plus...

La guerre de la viande dans les cantines est déclarée

Végétarisme La ville de Zurich veut proposer des menus végétariens et réduire la consommation de viande dans ses cantines. Levée de boucliers des partis bourgeois pour qui cela va trop loin. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Autriche: un président écolo élu de justesse
Plus...