La BNS maintient sa politique monétaire

La Banque nationale suisse (BNS) a laissé sa prévision de croissance du produit intérieur brut (PIB) en 2017 à environ 1,5%.

La BNS de Thomas Jordan garde le cap.

La BNS de Thomas Jordan garde le cap. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Banque nationale suisse (BNS) reconduit telle quelle sa politique monétaire expansionniste, l'inflation restant très basse malgré l'injection massive de liquidités sur le marché. Selon elle, un taux d'intérêt négatif est toujours nécessaire pour réduire l'attractivité du franc, toujours nettement surévalué.

«L'inflation augmente très lentement en Suisse, mais aussi dans d'autres pays comme le Japon, malgré des politiques monétaires expansionnistes», a rappelé jeudi devant la presse réunie à Berne Thomas Jordan, président de la BNS. Contrairement à ce que l'on pourrait attendre, l'afflux de liquidités n'engendre que peu de pressions sur les prix.

Pour l'année en cours, la BNS escompte toujours un taux d'inflation de 0,3%. La prévision pour 2018 est abaissée de 0,4% à 0,3% et celle pour 2019 passe de 1,1% à 1%.

Question des salaires

Une des raisons de ce bas niveau d'inflation est peut-être liée à «la très faible hausse des salaires», malgré une reprise du marché du travail, observe Thomas Jordan. Ce dernier explique que des discussions sont menées sur ce sujet avec d'autres directeurs de banques centrales (Europe, Japon) pour savoir si l'inflation pourrait d'un seul coup flamber.

L'institut d'émission a également annoncé jeudi que la marge de fluctuation du Libor à trois mois demeurera comprise entre -1,25% et -0,25%. Le taux d'intérêt appliqué aux avoirs en compte de virement reste aussi en terrain négatif à -0,75%.

Le franc suisse reste «nettement» surévalué, a expliqué Thomas Jordan. La situation n'a pratiquement pas évolué au cours des six derniers mois, même si la pression à la hausse sur la devise helvétique s'est accrue dans les semaines qui ont précédé l'élection présidentielle en France.

Le franc s'est apprécié en revanche face au dollar, dans le contexte d'incertitude entourant les perspectives de politique monétaire et économique. Les pressions sur le franc ne vont pas disparaître d'un jour à l'autre, a ajouté le président de la direction de la BNS.

Nouvelle baisse pas exclue

«Les deux piliers de notre politique monétaire atténuent ces pressions», a-t-il rappelé. Il s'agit d'une part du taux d'intérêt négatif qui réduit, en partie au moins, l'attrait des placements en francs, et d'autre part d'interventions sur le marché des changes.

Dans son scénario monétaire, la BNS se base sur le fait que les taux vont rester bas en Europe encore un certain temps. Interrogé sur un possible renforcement en territoire négatif des taux, Thomas Jordan a expliqué que cela pourrait être une option, si les instruments actuels ne suffisaient plus à endiguer une appréciation du franc.

L'institut d'émission a par ailleurs indiqué maintenir sa prévision de croissance du produit intérieur brut (PIB) helvétique à environ 1,5% en 2017. L'économie suisse se trouve sur la voie de la reprise, estime Thomas Jordan. Le constat vaut notamment pour les exportations, grâce au redressement de l'industrie depuis le début de l'année.

Marges sous pression

La banque centrale observe également des signaux positifs en provenance de «larges pans» des secteurs des services et de la construction. Le phénomène se manifeste par une propension accrue des entreprises à investir, s'est réjoui le président de la direction.

Reste que le franc fort ne constitue de loin pas encore un mauvais souvenir pour toutes les branches, a noté le Biennois. Pour certaines, les capacités demeurent en outre sous-utilisées et les marges des entreprises apparaissent toujours sous pression, avec une origine à la fois conjoncturelle et structurelle.

La dynamique générale relevée par Thomas Jordan ne rejaillit que de manière partielle sur le marché du travail en Suisse. L'amélioration y ressort encore modeste, malgré un recul du taux de chômage à 3,1% le mois dernier, à son plus bas niveau depuis juillet 2016. Les entreprises se montrent pour l'heure prudentes en matière d'embauches. (ats/nxp)

Créé: 15.06.2017, 14h35

Articles en relation

Nouveau tour de vis monétaire de la Fed

Etats-Unis La banque centrale américaine a relevé mercredi ses taux d'interêt, face à la bonne santé de l'économie du pays. Plus...

La BCE ne compte plus baisser ses taux directeurs

Union Européenne La Banque centrale européenne a précisé que ses taux «resteront à leurs niveaux actuels sur une période prolongée». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Fête de la musique
Plus...