L’ex-patron de Google en Suisse dirigera Salt

TéléphonieLe conseil d’administration de l’opérateur a dévoilé lundi le nom de son futur directeur: Andreas Schönberger.

Né en 1965, ce titulaire d’un doctorat en physique théorique de l’Université de Zurich et d’un MBA de la London Business School jouit d’une vaste expérience dans le secteur des télécoms.

Né en 1965, ce titulaire d’un doctorat en physique théorique de l’Université de Zurich et d’un MBA de la London Business School jouit d’une vaste expérience dans le secteur des télécoms. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Xavier Niel, le nouveau propriétaire de Salt.(ex-Orange Suisse), l’avait annoncé il y a quelques jours sur le blog de Xavier Studer, spécialiste des nouvelles technologies: «Le nouveau CEO, dont le nom sera prochainement communiqué, est Suisse alémanique.» Lundi, le troisième opérateur téléphonique de Suisse en a révélé le nom: il s’agit d’Andreas Schönberger.

Pour le grand public, romand notamment, ce nom reste relativement méconnu. Et pourtant, le futur directeur général de Salt – il prendra ses fonctions dès le milieu du mois de mars – a un background des plus solides. Né en 1965, ce titulaire d’un doctorat en physique théorique de l’Université de Zurich et d’un MBA de la London Business School jouit en effet d’une vaste expérience dans le secteur des télécoms.

Une expérience des télécoms

En plus de son statut de membre du conseil d’administration de Mobilezone, celui qui prendra la suite de Johan Andsjö (dont la démission avec effet immédiat avait été annoncée à la fin de l’année dernière) et de son remplaçant par intérim, le Français Pierre-Alain Allemand, est président de la Swiss Mobile Association (Smama).

«Nous offrons aux gens une plate-forme Internet où ils peuvent trouver des informations sur le mobile et échanger leurs idées», précisait-il récemment au site Persönlich.com.

Dans cette même interview, il évoquait surtout sa volonté de ne pas rater le virage publicitaire sur plates-formes mobiles. «En Suisse, nous avons dormi trop longtemps pour tout ce qui est publicité en ligne», expliquait-il, assurant ne pas vouloir répéter une telle erreur sur le mobile tant son potentiel apparaît comme prometteur.

Du coup, l’hypothèse de voir Salt concevoir un système publicitaire pour parvenir à grandir dans l’ombre de Swisscom (et Sunrise) et proposer des prix plus concurrentiels apparaît moins folklorique. Son expérience chez Google la renforce d’ailleurs.

Son parcours chez Google

Andreas Schönberger a en effet dirigé la filiale suisse de la multinationale technologique américaine entre 2006 et 2010, une période de forte croissance pour le géant américain d’Internet. «Fort d’un tel parcours, il a une sensibilité particulière pour le numérique et son savoir en la matière sera essentiel pour le développement de Salt», raconte Xavier Studer.

Ses quatre années au sein d’un groupe à la hiérarchie particulière devraient aussi permettre au futur patron de s’adapter plus facilement aux méthodes de management de Xavier Niel.

Le milliardaire français, qui évite systématiquement toute hiérarchie superflue, est en effet le roi pour tout ce qui est optimisation des ressources. Pour preuve, alors que Free emploie en France 8000 personnes pour 17 millions d’abonnés (4,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires), Swisscom compte 21 000 salariés pour 11,5 milliards de chiffre d’affaires.

Se développer outre-Sarine

Enfin, le choix de nommer un Suisse alémanique à la tête d’une entreprise vaudoise – son siège est basé à Renens – n’est clairement pas anodin. «Niel souhaite comprendre les attentes en Suisse alémanique, où sa base de clientèle est moins développée», explique Xavier Studer. Faire de Salt une entreprise nationale et aller piquer des parts de marché à ses deux concurrents outre-Sarine fait donc partie des desseins du milliardaire français. A tel point que certains s’interrogent déjà du futur de son siège vaudois?

(TDG)

(Créé: 25.01.2016, 19h06)

Mots-clés

Articles en relation

L’opérateur mobile Salt traverse une phase de turbulence

Téléphonie Le patron du groupe de téléphonie mobile basé à Renens vient de démissionner. Plus...

Le patron de Salt démissionne

Téléphonie Johan Andsjö quitte l'entreprise avec effet immédiat, selon l’opérateur téléphonique. Son successeur n'est pas encore connu. Plus...

Des dizaines d'employés quittent Salt sur une base volontaire

Télécommunications Ils sont 67 à s'être inscrits dans un plan de départs volontaires lancé en septembre. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La police française poursuit un trafiquant en Suisse
Plus...