La Une | Dimanche 23 novembre 2014 | Dernière mise à jour 11:30
Après Novartis

L'ex-femme de ménage de Vasella lui réclame de l'argent

Par Arthur Grosjean Mis à jour le 15.03.2013 23 Commentaires

L'ancien président de Novartis Daniel Vasella s'explique pour la première fois sur les raisons de son départ aux USA et sur son image négative. Il révèle qu'une ex-femme de ménage veut lui soutirer de l'argent.

Galerie Photos

Daniel Vasella face aux actionnaires de Novartis

Daniel Vasella face aux actionnaires de Novartis
Les actionnaires de Novartis se réunissent vendredi 22 février 2013 à Bâle en assemblée générale.

Articles en relation

Mots-clés

[Alt-Text] >

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Daniel Vasella, l'ancien président de Novartis, dément avoir quitté la Suisse pour les USA en raison du scandale de la prime de départ des 72 millions. Pour la première fois, le manager suisse le plus critiqué de l'année s'exprime longuement dans Blick.

Le Grison explique son départ outre Atlantique par le fait qu'une nouvelle vie commence pour lui après la fin de ses fonctions de président. «Voilà pourquoi ma femme et moi, nous avons pensé déménager.»

Triste de représenter un symbole négatif

La vague de critiques a-t-elle joué un rôle? Non, répond le manager. «Je n'oublierai pas ce déferlement de critiques. Mais cela n'a pas été déterminant.» Il avoue se sentir chez lui aux Etats-Unis car les gens y sont ouverts et serviables envers les nouveaux arrivés.

Daniel Vasella dément cependant vouloir demander la nationalité américaine. Il se dit triste de représenter en Suisse un symbole négatif après avoir réussi à positionner Novartis comme une des entreprises leader dans son domaine à l'échelle mondiale. Le Grison regrette que ses concitoyens ne soient pas plus fiers des grandes multinationales suisses.

Argent contre silence

Il révèle aussi que certains essaient de profiter de la vague de critiques pour lui soutirer de l'argent. Il évoque le cas d'une ancienne femme de ménage qui, «pour la première fois après 17 ans, le couvre de reproches massifs et infondés pour qu'il lui verse de l'argent en échange de son silence».

L'ancien patron, qui siège au conseil d'administration de Pepsi et American Express, se dit inquiet pour l'environnement économique après le succès de l'initiative Minder. «La sécurité juridique des contrats de travail pour les cadres n'est plus garantie. Quelle en sera la conséquence? On le verra à moyen terme.»

30% pour l'AVS et les impôts

Il continue de justifier la prime de 72 millions négociée avec Novartis. «30% seraient partis dans l'AVS et les impôts. Et le reste, j'en aurais fait don à des organisations caritatives et d'utilité publique.» (Newsnet)

Créé: 15.03.2013, 10h14

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

23 Commentaires

DEMIA Gabion

15.03.2013, 10:37 Heures

Comme quoi autant laver ses casseroles soit-même !!!

37 Recommandation 9 ! Répondre

Voir tous les commentaires