La Une | Jeudi 21 août 2014 | Dernière mise à jour 02:36
Espionnage

En Suisse, l'intelligence économique a du retard

Par Matthieu Hoffstetter. Mis à jour le 04.07.2013 1 Commentaire

Alors que l'espionnage entre gouvernements refait surface à la faveur de l'affaire Snowden, l'intelligence et la veille économique deviennent des atouts stratégiques pour conserver ou conquérir de nouveaux marchés.

1/6 L'affaire Snowden a remis l'intelligence (au sens anglo-saxon du mot) et donc l'espionnage sous le feu des projecteurs.

   

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

«Nous sommes loin de James Bond, de Kim Philby et même d'Edward Snowden», lâche un spécialiste de l'intelligence économique en poste à Genève. Lui et tous ses confrères tiennent à cette distinction: l'intelligence économique ne correspond pas à l'espionnage.

Pour autant, la recherche d'information et de renseignements se développe en Suisse. Certes, «la Suisse n'est clairement pas en avance dans ce domaine: les acteurs économiques n'ont pas encore intégré ces réflexes», analyse Stéphane Koch, spécialiste de l'intelligence et de la veille économique et vice-président de High-Tech Bridge.

Distinguer multinationales et sociétés suisses

Mais l'activité se développe depuis quelques années. Avec de grandes disparités. «Il faut distinguer les grands groupes internationaux implantés en Suisse et le tissu économique local: dans les entreprises internationales, la présence de cadres étrangers, anglo-saxons en particulier, qui ont l'habitude de ce genre de pratiques, fait évoluer les mentalités», précise Yannick Poivey, du cabinet One Intelligence.

Jusqu'à récemment, certains traits culturels suisses freinaient le développement de l'activité. «Il y a en Suisse une culture du secret qui pousse les dirigeants d'entreprises à privilégier les solutions internes plutôt que de faire appel aux spécialistes. Et quand ils osent sortir de ce cadre, ils préfèrent plutôt se tourner vers des sociétés suisses, avec les limites que ce réflexe peut avoir», note un responsable d'un cabinet international en gestion des risques, présent aussi sur la Suisse.

Taille critique et sous-traitance

Ces limites, ce sont celles de la taille critique, du réseau, et donc de la capacité à réunir avec efficacité l'information souhaitée. Une entreprise depuis longtemps sur le marché et ayant des antennes partout à travers le monde serait plus apte à récolter les renseignements souhaités via des sources, des consultants ou des sous-traitants fiables, éprouvés au fil du temps.

Avec toujours la volonté de limiter au maximum la sous-traitance: «Plus on sous-traite, plus on court le risque de perdre en fiabilité de l'information, ou de voir certains prestataires employer des moyens illégaux pour la récolter», avertit ce même manager.

La ligne rouge de l'illégalité

Or, l'illégalité pour collecter l'information, c'est la ligne rouge que les acteurs du secteur se refusent à franchir. En théorie. D'une part car certaines petites sociétés locales qui veulent à tout prix se faire une place n'hésitent pas à franchir cette ligne rouge pour gagner des marchés, relativise un autre spécialiste consulté à ce sujet.

Mais l'illégalité vient aussi parfois des clients. «Jamais des ordres de mission officiels émanant des entreprises. Mais parfois certains dirigeants, lors de pré-discussions, suggèrent, voire demandent, que nous allions au-delà de l'information accessible légalement, ce que nous déclinons immédiatement», reconnaît un expert actif en Europe depuis plus d’une dizaine d’années.

La réaction des spécialistes? Ils mesurent le risque encouru et le bénéfice à en retirer. Les grands cabinets affirment pouvoir refuser ces demandes, au nom de l'éthique ou des risques que cela leur ferait courir. «Même si les stratégies offensives d'intelligence économique flirtent parfois avec la ligne rouge, il ne faut jamais la franchir car cela mettrait sa société en danger», avertit Stéphane Koch.

Missions diverses et secteurs à fort potentiel

Comment ces spécialistes travaillent-ils alors? Nous recherchons l'information disponible publiquement, sur internet, dans les medias, dans les registres du commerce, et nous rencontrons des gens du secteur concerné pour avoir leur feedback, détaille Yannick Poivey.

Les missions peuvent être très diverses: portrait d'un nouveau marché, solvabilité d'une société avec laquelle le client serait prêt à entrer en litige judiciaire, informations sur le sérieux d'un intermédiaire dans le cadre d'un contrat, etc. L'intelligence économique recoupe donc des réalités très variées, ainsi que l'explique un spécialiste dans cette vidéo...

En Suisse, de nombreux secteurs clefs de l'économie auraient donc tout intérêt à s'adjoindre les services de spécialistes: banques, assurances, entreprises pharmaceutiques ou chimiques, manufactures horlogères,...

La Suisse dans le 3e panier en Europe

Mais l'exemple ne vient pas du haut: «Des achats fédéraux d'hélicoptères ou d'avions de chasse ont ainsi été lancés sans qu'une vraie démarche d'intelligence ait été engagée. A ce titre, la crise que traverse actuellement le secteur bancaire est un exemple flagrant de l’attentisme helvétique… Dès lors, si au plus haut niveau le réflexe est absent, comment imaginer qu'il soit présent dans les entreprises?», regrette Stéphane Koch. Pourtant, les avantages sont nombreux, y compris pour les petites entreprises, comme expliqué dans cette vidéo...

Ainsi, la Suisse a accumulé un retard conséquent. En Europe, on peut distinguer plusieurs niveaux de sensibilité à l'intelligence économique. «Au premier rang se situe le Royaume-Uni, qui a cette fibre dans la culture des entreprises.

Dans un deuxième chapeau se situent des marchés importants comme la France, l'Allemagne, l'Italie ou l'Espagne. La Suisse ne viendrait que dans un troisième panier», juge ce responsable d’un des plus importants cabinets internationaux du secteur.

Plusieurs affaires récentes et scandales pourraient faire réfléchir les acteurs économiques suisses. Le recours à des spécialistes qui avait déjà tendance à augmenter ces dernières années sous l'influence des multinationales présentes sur le sol suisse, pourrait croître très rapidement à l'avenir. Et le Service de renseignement de la Confédération a édité une brochure sur le domaine de la non-prolifération et de l’espionnage économique. (Newsnet)

Créé: 04.07.2013, 08h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

Luis Jembert

05.07.2013, 21:28 Heures
Signaler un abus

La suisse à la traîne en intelligence économique? C'est quoi encore ce concept marketing? Il est clair que d'être le pays le plus innovant et l'un des plus riches au monde sans espionner son voisin .. .c'est vraiment naze ! À moins que Ueli nous cache des choses ... Répondre