En 2016, la Suisse ne sera plus un îlot de croissance en Europe

ConjonctureLes prévisions officielles annoncent le retour de la croissance sur le Vieux Continent. Ce qui fait le jeu de la Suisse.

Depuis le 17 décembre dernier, le groupe d'experts de la Confédération attend une expansion de 1,5% de l'activité en Suisse cette année – près du double de l'an dernier.

Depuis le 17 décembre dernier, le groupe d'experts de la Confédération attend une expansion de 1,5% de l'activité en Suisse cette année – près du double de l'an dernier. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Petite prise de température de leur environnement immédiat par les milieux d'affaires, qui, en ce lundi, trempent un premier orteil dans 2016. Bonne nouvelle, pour l'instant les prévisions économiques officielles montrent que l'Europe repart. Et en particuliers les voisins les plus proches de la Suisse, également les premiers acheteurs de ses produits et services.

Autre espoir, ce redémarrage pourrait enfin interrompre la dépréciation de l'euro face au franc suisse. Et peut-être permettre de tourner la page de la crise du «franc fort».

Reprise sur tout le Continent, ou presque

Depuis le 17 décembre dernier, le groupe d'experts de la Confédération attend une expansion de 1,5% de l'activité en Suisse cette année – près du double de l'an dernier.

Qu'en est-il en Europe? Hormis la Grèce – et la Finlande, autre «homme malade de l'Europe» de l'aveu récent de son propre ministre des Finances – un coup d'œil à la carte de la météo économique montre qu'une expansion de plus de 1% est promise à la plupart des pays de l'Union. Certains, à l'instar de l'Irlande ou de la Pologne, feraient même pâlir d'envie les économies du Sud-Est asiatique.

Les pronostics proviennent de la Commission européenne et, dans le cas de la Suisse, du Secrétariat à l'Economie (SECO).

La politique peut encore faire dérailler le Sud

La politique monétaire expansive – l'injection additionnelle de 360 milliards d'euros fraîchement imprimés a été décidée en fin d'année – mais aussi la faiblesse de l'euro, la croissance des bénéfices des entreprises ou la demande intérieure solide sont autant de facteurs dont les pays de la zone Euro devraient «logiquement bénéficier en 2016», énumère John Plassard, directeur adjoint au sein de Mirabaud Securities à Genève.

Ce dernier rappelle également les facteurs – notamment politiques – qui pourraient venir gripper la machine. Comme des élections au Portugal ne faisant ressortir aucune majorité claire à même de poursuivre le processus de réforme. Même risque dans une Espagne qui pourrait «voir ses efforts de réforme réduits à néant». Ou en Italie, où le premier ministre «Matteo Renzi pourrait se voir contraint à la démission pour faire passer ses réformes». Sans compter le réveil de la crise grecque.

Pour l'instant, les chiffres restent orientés au vert. Ce lundi matin encore, le cabinet Markit annonçait que la croissance du secteur manufacturier de la zone euro avait encore accéléré en décembre. (TDG)

(Créé: 04.01.2016, 16h21)

Articles en relation

Les salaires vont un peu augmenter en 2016

Suisse Une hausse des revenus de 0,5 à 1% est prévue pour l'année prochaine. Plus...

Le KOF révise à la hausse ses prévisions de croissance

Suisse L'économie s'est montrée plus résistante que prévu et la Suisse profite du redressement de l'économie en zone euro et de la reprise aux Etats-Unis. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.