Des agriculteurs portent le deuil de leur profession

FranceLes funérailles symboliques du métier de paysan ont été organisées dans le département français de l'Allier.

De faux cercueils ont été utilisés pour cette manifestation.

De faux cercueils ont été utilisés pour cette manifestation. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Près de trois cents agriculteurs se sont réunis lundi matin à Moulins, dans le centre de la France, pour mettre en scène les funérailles symboliques de leur profession, enlisée dans la crise toutes filières confondues, a constaté un photographe de l'AFP.

Dès 11h, les éleveurs ont déambulé dans les rues de la ville et porté une douzaine de cercueils sur lesquels étaient inscrits «A notre agriculture disparue», «Mort pour avoir nourri le peuple français», «Bigard m'a tué» ou encore «Le gouvernement m'en terre».

Les manifestants ont ensuite déversé des oeufs, du fumier, de la paille et du lisier devant l'entrée de la préfecture, où une délégation était reçue en milieu de journée.

«Ce n'est pas qu'une manifestation symbolique de plus. Sans exagérer, on devrait être beaucoup moins à manifester l'an prochain, si rien n'est fait. C'est la mort assurée de l'agriculture dans l'Allier», a prévenu le porte-parole de la FDSEA dans ce département, Gilles Cabart.

Pertes sans fin

«Toutes les filières sont touchées: les céréaliers ont perdu 13'000 euros en moyenne de revenus cette année (ndlr: 14'500 fr.); le prix d'achat d'un kilo de carcasse de viande est aux alentours de 3,60 euros, alors qu'il était à 4,20 euros il y a quinze mois et sera à 3,20 cet été; et pour le lait, c'est tout aussi catastrophique...», énumère l'éleveur.

«On a «fait le job», on fait de la viande de qualité et on se retrouve en concurrence avec de la viande de réforme (ndlr: de vaches laitières en bout de course) venue d'Allemagne et de la viande des Etats-unis traitée au chlore», poursuit, désabusé, le responsable syndical.

«On veut un signe fort, que notre ministre aille enfin taper du poing sur la table à Bruxelles», lance-t-il encore.

D'autres régions manifestent

Lundi matin, des agriculteurs ont également manifesté leur ras-le-bol dans l'Yonne, en Bourgogne-Franche-Comté. Ils ont notamment coupé les trois axes permettant d'accéder au centre-ville d'Avallon, selon le centre d'information routière, avant de déverser également de la paille et du fumier devant la sous-préfecture.

Dimanche soir, une cinquantaine de producteurs de lait avaient également tagué plusieurs établissements publics à Saint-Flour, dans le Cantal.

(afp/nxp)

(Créé: 01.02.2016, 17h39)
Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Autriche: un président écolo élu de justesse
Plus...