De petits clients étrangers quittent les banques suisses

BanquesInterrogé par la Neue Zürcher Zeitung, Boris Collardi, patron de la banque Julius Bär, évoque la fuite de petits clients étrangers, même si Les banques pourraient bien continuer à gagner de l'argent en Suisse.

De petits clients étrangers quittent les banques suisses. (Photo d'illustration)

De petits clients étrangers quittent les banques suisses. (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On peut observer que «les clients avec des avoirs plutôt faibles comparativement, soit de quelques centaines de milliers de francs, tournent le dos à la Suisse», souligne M. Collardi dans l'édition du samedi 27 décembre du quotidien alémanique. Au contraire, «ceux qui sont très aisés y restent fidèles», car ils apprécient «la haute qualité des services», qui y est selon eux garantie.

Julius Bär ne fait pas que gagner de nouveaux clients internationaux en Suisse, poursuit-il. L'établissement financier convainc des clients déjà acquis de lui confier davantage d'argent. «Pour moi, la Suisse reste encore et encore à la pointe de la gestion de fortune à l'échelle internationale. Les investisseurs ne jouissent nulle part ailleurs en Europe de services d'une telle qualité», ajoute-t-il.

Le directeur de la banque privée zurichoise estime par ailleurs que la place financière singapourienne, parfois désignée comme grande rivale de la Suisse, demeure trop éloignée pour intéresser les Européens. Sans compter que les banques n'ont plus pour pratique d'y accepter l'argent sale, maintenant que suffisamment d'argent circule dans la région.

Singapour peut être recommandée aux investisseurs souhaitant placer une partie de leur fortune en Asie. «La Suisse et Singapour sont des centres financiers complémentaires», selon la région dans laquelle un investisseur veut rayonner, affirme le patron du numéro un bancaire privé helvétique.

Pour Julius Bär, Singapour fonctionne en tant que «deuxième place financière», aux côtés de la Suisse. Celle-ci «demeurera toujours le coeur de l'entreprise», assure Boris Collardi. (ats/nxp)

(Créé: 27.12.2014, 07h44)

Articles en relation

Clientis et Reyl et Cie renoncent au programme américain

Conflit fiscal Le groupe bernois de banques régionales Clientis ne participera pas au programme américain de régularisation fiscale. Le groupe Reyl et Cie a choisi d'en faire de même. Plus...

Programme fiscal américain: 2015 sera une année difficile

Banques L'impact du programme américain de régularisation fiscale reste le plus à craindre, estime Carlo Lombardini. Pour l'expert en droit bancaire, 2015 sera une année difficile. Plus...

Les banques ne répercuteront pas les taux négatifs sur les clients

BNS Les banques suisses ne vont pas répercuter sur les petits épargnants la décision de la Banque nationale suisse (BNS) d'introduire un taux d'intérêt négatif. Plus...

La culture des banques encouragerait la malhonnêteté

Finance Des chercheurs de l'Uni de Zurich ont mené une expérience avec des employés de banques. Les résultats montrent que s'ils ne sont pas malhonnêtes, ils sont influencés par la culture d'entreprise. Tollé dans la branche. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Trois ans ferme pour Cahuzac
Plus...