Chine: la croissance dopée par l'investissement

PékinDévoilé lundi par le Bureau national des statistiques, la croissance du PIB chinois surpasse les prévisions des experts.

(Image prétexte) Le BNS s'est félicité du «maintien d'une dynamique de développement robuste». (Lundi 17 avril 2017)

(Image prétexte) Le BNS s'est félicité du «maintien d'une dynamique de développement robuste». (Lundi 17 avril 2017) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La croissance économique de la Chine a accéléré à 6,9% au 1er trimestre, portée par un boom des investissements dans l'immobilier et les infrastructures: de vieilles recettes apportant un répit précaire au géant asiatique, hanté par l'envolée persistante de sa dette.

Hausse de la production industrielle

Le produit intérieur brut (PIB) de la deuxième économie mondiale, dévoilé lundi par le Bureau national des statistiques (BNS), fait mieux que ce qu'attendait le panel de seize experts sondés par l'AFP, qui tablaient en moyenne sur une stabilisation à 6,8%. La croissance chinoise avait glissé à 6,7% en 2016, sa plus faible performance depuis 26 ans.

Le BNS s'est félicité du «maintien d'une dynamique de développement robuste» et de «transformations positives» nourrissant une embellie bien plus radieuse que prévu. Ainsi, la production industrielle chinoise a gonflé de 7,6% sur un an en mars, une accélération très marquée après une hausse de 6,3% pour janvier-février et de 6% en 2016, alors que les analystes anticipaient une simple stabilisation.

C'est «le retour de la vieille recette des investissements», observe Raymond Yeung, analyste de la banque ANZ. «La Chine a renoué avec un modèle de croissance alimenté par les investissements» dont une grosse partie dans l'immobilier, estime-t-il.

Quand le bâtiment va...

La poursuite de la bulle immobilière et l'accroissement assumé des dépenses d'infrastructures par l'Etat ont favorisé le développement tous azimuts des investissements en capital fixe, qui ont gonflé de 9,2% sur un an au premier trimestre, contre seulement 8,1% sur l'ensemble de 2016.

En particulier, le secteur du bâtiment, pilier de l'économie, est aidé depuis l'an dernier par un crédit toujours bon marché, attirant épargnants et spéculateurs qui ont fait s'envoler les prix de la pierre et dopé l'activité manufacturière.

Les investissements dans l'immobilier ont ainsi grimpé de 9,1% au premier trimestre, contre 6,9% sur l'année 2016. Et ce en dépit d'un durcissement des restrictions dans les plus grandes métropoles, soucieuses d'enrayer la spéculation; le marché s'accélère au contraire dans les villes moyennes, quitte à y gonfler des stocks de logements invendus. Les investissements dans les infrastructures, eux, se sont envolés de 23,5% sur un an en janvier-mars.

«Le gouvernement tend à se reposer sur le développement des infrastructures pour soutenir la croissance à plus long terme» et «créer de la demande intérieure», souligne M. Yeung. En témoigne selon lui le monumental projet d'une «nouvelle zone économique» grande comme trois fois New York, envisagée aux portes de Pékin.

L'ombre de la dette

Enfin, à l'heure où Pékin entend persévérer dans la douloureuse transition de son modèle économique au profit de la consommation intérieure, celle-ci n'est pas en reste: les ventes de détail, baromètre de la consommation des ménages, ont progressé en mars de 10,9%, accélérant bien davantage qu'attendu après une hausse de 9,5% en janvier-février.

Seule ombre au tableau: le sursaut de l'économie est alimenté par un rebond de la dette chinoise, qui dépasse déjà 260% du PIB: si les prêts bancaires ont nettement reculé en mars, les crédits associés à la «finance de l'ombre» non régulée (ensemble de mécanismes de prêts entre entreprises et particuliers) se sont envolés à un niveau record.

«Une partie de cette croissance robuste se poursuivra probablement au deuxième trimestre. Mais au vu de l'accélération du crédit, il faut s'attendre à voir bientôt l'économie s'essouffler à nouveau», juge Julian Evans-Pritchard, de Capital Economics. D'un autre côté, tempère Larry Hu, analyste de Macquarie cité par Bloomberg, ces statistiques encourageantes «pourraient donner aux autorités la confiance» et une latitude accrues «pour durcir» leur politique monétaire et s'attaquer au désendettement. La banque centrale a déjà commencé à remonter ses taux courts sur le marché monétaire, une manière de renchérir le coût du crédit. (ats/nxp)

Créé: 17.04.2017, 08h57

Articles en relation

La Chine avalise le rachat de Syngenta

Rachat Les autorités chinoises ont donné leur feu vert au mariage entre ChemChina et le géant bâlois. Plus...

Galenica Santé flambe à la Bourse suisse

Cotation L'action a ouvert nettement au-dessus de son prix d'émission fixé à 39 francs. Le titre avait fait l'objet d'une forte demande. Plus...

Tesla supplante en bourse General Motors

Automobile Le spécialiste des véhicules électriques déplace du coup le coeur de l'auto américaine vers la Silicon Valley. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Rapport d'experts pour le nouvel avion de combat
Plus...