Bénéfice net en fort repli pour Julius Baer en 2015

BanqueLe résultat de l'établissement zurichois a été impacté par la provision destinée à régler l'amende prévue par la justice américaine.

La banque dirigée par le vaudois Boris Collardi espère bientôt le dossier des poursuites américaines.

La banque dirigée par le vaudois Boris Collardi espère bientôt le dossier des poursuites américaines. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Julius Baer a fait les frais l'an passé du règlement du conflit fiscal avec les Etats-Unis. Alors que la justice américaine a approuvé l'accord passé à ce titre, l'établissement bancaire zurichois a vu son bénéfice net plonger de 67% en un an à 121 millions de francs. L'action a elle aussi trébuché à la Bourse suisse.

Le Département américain de la justice (DoJ) a approuvé l'accord conclu en décembre avec le bureau du procureur du district sud de New York en vue de régler le litige fiscal avec les Etats-Unis, précise lundi Julius Baer. Un tribunal devra statuer sous peu sur l'arrangement, lequel comprend une amende de 547,25 millions de dollars (559,29 millions de francs au cours actuel et comptabilisé à 521 millions par la banque).

L'affaire sera une fois pour toute réglée, a relevé devant la presse à Zurich le directeur général de Julius Baer, Boris Collardi. Dans le cadre de l'accord annoncé fin décembre, Julius Baer, un des 13 établissements helvétiques classés en catégorie 1 dans le cadre de l'accord signé entre Berne et Washington, avait étoffé la provision constituée en vue de payer l'amende de 197,25 à 547,25 millions de dollars.

Le règlement du conflit fiscal avec les Etats-Unis aura cependant mis beaucoup de temps à se dessiner pour Julius Baer. L'annonce de l'accord approuvé par la justice américaine intervient notamment plus de vingt mois après la conclusion du différend entre Credit Suisse et le DoJ, le 20 mai 2014. Le numéro deux bancaire helvétique s'était alors acquitté d'une amende de 2,815 milliards de dollars.

Intégration d'IWM achevée

Sans tenir compte de l'amende, le bénéfice net de Julius Baer s'est accru de 20% à 701 millions de francs. Le résultat net ajusté des charges de restructuration et d'intégration ainsi que des amortissements liés aux acquisitions, mais incluant la provision pour le conflit fiscal, a chuté de moitié (-52%) à 279,2 millions.

Durant l'année sous revue, Julius Baer a notamment achevé l'intégration des activités de gestion de fortune hors Etats-Unis et Japon de l'institut américain Merrill Lynch (IWM), dont la reprise avait été annoncée en août 2012. La banque a également acquis l'an passé le gestionnaire indépendant genevois Fransad, le luxembourgeois Commerzbank international Luxembourg et la filiale suisse de la Banque Leumi, entre autres.

L'afflux net de nouveaux fonds s'est tassé de près de 1 milliard de francs au regard de 2014, à quelque 12 milliards. Toutes les régions ont affiché des entrées de capitaux, les plus fortes contributions revenant à l'Asie, au Moyen-Orient ainsi qu'aux affaires domestiques en Allemagne, à Monaco et en Suisse, a noté Dieter Enkelmann, le chef des finances.

A fin 2015, les avoirs sous gestion ont atteint un niveau record de 300 milliards de francs, 3% de plus qu'un an auparavant et cela malgré un impact de 10 milliards pour les effets de change et 1 milliard pour la performance des marchés. L'accroissement repose pour bonne part sur l'intégration de IWM, soit à hauteur de 60 milliards de francs.

Sanction des investisseurs

Si le bénéfice net de Julius Baer s'est révélé supérieur aux attentes des analystes, tout comme les fonds sous gestion, le résultat net s'est inscrit à un montant inférieur aux anticipations. Sondés par l'agence financière awp, les experts tablaient sur un bénéfice net de 77 millions de francs, un résultat net ajusté de 719 millions et des actifs gérés de 296 milliards.

Les investisseurs ont eux sanctionné la performance. A la clôture de la Bourse suisse, le titre Julius Baer a perdu 2,73% à 42,07 francs. Dans le même temps, l'indice des valeurs vedettes Swiss Market Index (SMI) lâchait 0,11%.

Dans le détail, les revenus se sont étoffés l'an passé de 5,8% à 2,69 milliards de francs. Mais les produits issus des opérations de commissions, principale source de recettes de la banque, ont stagné à 1,52 milliard. Les charges ont quant à elles bondi de 29,6% à 2,38 milliards, conséquences des provisions constituées pour régler le litige fiscal avec Washington.

Ce dernier conflit désormais écarté et les activités IWM intégrées, Julius Baer s'est fixé de nouveaux objectifs au niveau opérationnel. L'établissement table à moyen terme sur rapport coûts/revenus (hors charges de restructuration et autres amortissements) de 64 à 68%, contre 65 à 70% auparavant.

Plancher pour le fonds propres

La banque annonce en outre l'introduction d'un niveau plancher pour son taux de fonds propres durs (BIS CET1) fixé à 11%. Pour les capitaux propres selon la norme BIS, le seuil minimal de 15% demeure approprié. A fin décembre, ces deux valeurs se situaient respectivement à 18,3 et 19,4%. (ats/nxp)

(Créé: 01.02.2016, 10h11)

Mots-clés

Articles en relation

Julius Baer licencie un conseiller à la clientèle

Scandale FIFA La banque zurichoise a renvoyé un de ses employés pour avoir été en lien avec l'affaire de corruption qui secoue la Fédération de football. Plus...

Julius Baer: accord conclu avec la justice américaine

Banque La banque est en voie de régler son cas dans le cadre du conflit fiscal avec les Etats-Unis. Plus...

Julius Baer crée une unité pour la clientèle fortunée

Banque Les clients très riches de l'établissement bancaire auront droit à une prise en charge particulière. Plus...

Julius Baer reprend une banque luxembourgeoise

Banque Cette acquisition permettra à l'établissement zurichois de renforcer ses activités dans le Grand-Duché et de gagner en «flexibilité stratégique» pour ses affaires européennes. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.