Une spirale en réponse à la voûte

Décryptage d'une oeuvreImaginé par la plasticienne genevoise Carmen Perrin,«Lignes de forces» est visible jusqu'au dimanche 18 juin au Pavillon Sicli.

Il a fallu dix jours pour installer «Lignes de forces».

Il a fallu dix jours pour installer «Lignes de forces». Image: Marc Schellenberg

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La gracile membrane de béton blanc de son toit fait de cette ancienne usine l’un des bijoux patrimoniaux du canton. Jusqu’à dimanche, l’élégante cambrure du Pavillon Sicli recèle pour l’œil une autre merveille: Ligne de forces, une installation éphémère de Carmen Perrin. Au sol, une double spirale miroitante déploie ses courbes parfaites sur une surface de 25 mètres par 26. Réalisée avec du vinyle chrome, soit une pellicule autocollante de 3 millimètres d’épaisseur, cette création offre un poétique contrepoint à l’amplitude de la voûte qui la coiffe. Elle inaugure la nouvelle destinée du singulier édifice de la route des Acacias, autrefois dédié à la fabrication de matériel de lutte contre le feu et désormais reconverti en espace culturel voué à l’architecture, l’urbanisme, l’ingénierie ou le design.

La plasticienne genevoise rêvait d’investir ce bâtiment emblématique qu’elle connaît depuis l’enfance. «J’habitais la Jonction et j’ai vu le chantier se faire, raconte-t-elle. C’était une structure tellement mystérieuse pour l’époque qu’avec mes copains, on se disait qu’ils construisaient une soucoupe volante!» Invitée à y présenter deux sculptures lors d’une exposition collective il y a trois ans, Carmen Perrin est à nouveau subjuguée par les lieux. Elle adresse alors spontanément un projet au Pavillon Sicli, propriété du Canton de Genève depuis 2012. La proposition s’avère si convaincante qu’elle est choisie pour baptiser artistiquement l’endroit.

A l’amplitude de la coque en béton conçue par l’ingénieur Heinz Isler dans les années 60 répond donc un matériau extrêmement mince dont la surface reflète la lumière, les formes et les mouvements, à l’instar d’une flaque d’eau après la pluie. Un passage de 1,2 mètre a été laissé libre le long des parois afin que le visiteur puisse se promener autour de Lignes de forces comme il flânerait au bord d’un étang. La coupole translucide qui chapeaute la toiture laisse descendre, au gré de la course du soleil, un rai lumineux sur cette étendue frissonnante, évoquant une lune réverbérée par l’onde. Ou comment faire d’une œuvre tout un paysage.

«Lignes de forces» Visible jusqu’au 18 juin au Pavillon Sicli, 43, route des Acacias. Sa et di 11 h-18 h. Infos: www.carmenperrin.com

(TDG)

Créé: 15.06.2017, 17h14

Le motif

La double spirale fait référence à la spire qui développe et enveloppe certains coquillages, comme le nautile. Mais elle se rapporte aussi aux ondes gravitationnelles, ces ondulations de l’espace-temps causées par la collision de deux trous noirs. Leur existence avait été prédite par Albert Einstein et détectée cent ans plus tard, en février 2016. Au sol du Pavillon Sicli, le dessin débute sous le zénith de la coupole en résine qui fait office de puits de lumière.

La structure

Connu pour avoir conçu près de 1500 voiles en béton à travers l’Europe, Heinz Isler (1926-2009) a réalisé pour le Pavillon Sicli l’une de ses coques les plus originales et sophistiquées – le bâtiment a été inscrit à l’inventaire cantonal en 2012. L’ingénieur zurichois a imaginé une voûte asymétrique composée de deux volumes différents et appuyée en sept points. «Il a inventé une nouvelle spatialité, explique Carmen Perrin. Il ne trouvait pas ses formes en les calculant, mais en figeant un filet par le gel ou le plâtre, comme un sculpteur.»

La lumière

Depuis plus de vingt ans, l’artiste travaille avec des matériaux capables de capter et de réfracter la lumière. «Elle est, avec l’eau, l’une des conditions primordiales à la vie. Et elle réfléchit jusqu’à nos cerveaux les formes et couleurs de ce que nous voyons. C’est fascinant!»

Le montage

Il a fallu dix jours pour installer Lignes de forces. Une fois le motif découpé à la machine, le vinyle chrome a été appliqué par bandes de 1,2 mètre, légèrement superposées. Puis on a ôté un élément sur deux pour faire apparaître le dessin. Seules quelques heures seront nécessaires pour décoller la pellicule. La semaine prochaine, il ne restera aucune trace de l’intervention, à l’exception d’une édition de 30 exemplaires collés sur papier, d’une dimension de 72 cm2.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Fête de la musique
Plus...