Une saison livrée à domicile

ThéâtreSaint-Gervais annonce un «stock» 2013-14 à l’image de son directeur: foisonnant!

Le théâtre de Saint-Gervais. Photo d'archive.

Le théâtre de Saint-Gervais. Photo d'archive. Image: Pascal Frautschi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des jeunes, des moins jeunes, des connus, des moins connus, et une mise en jeu généralisée de la scène comme du monde. Voilà, dans un joyeux désordre, ce que promet la saison prochaine sur le plateau de toutes les prospections. Son affiche, le directeur Philippe Macasdar ne l’a présentée pour l’instant qu’à la presse. A ses abonnés, tant nouveaux que réguliers, il propose en guise d’avant-goût une visite personnelle à domicile, accompagnée de quelques artistes et documents. Le porte à porte d’un patron de théâtre, l’effraction du spectacle en soirée Tupperware dans un salon? La formule tranche, tandis que les institutions rivalisent de trouvailles pour renouveler leurs annuelles mises en appétit. Seule condition pour mériter l’intrusion: rassembler un public d’une douzaine d’intéressés.

Philippe Macasdar n’a pas prémédité les thématiques de sa programmation. Il ne dégage d’axe au sein de son affiche qu’une fois celle-ci établie. Pour 2013-14, il tire après coup trois fils rouges. Autour de la jeunesse (après tout, cette année marque le cinquantenaire d’une ex-MJC); autour du rire («dans jeunesse, il y a jeu!»); et autour du réel tel qu’il se diffracte sur une scène. Mais les préoccupations du programmateur se reflètent aussi dans le grouillant panel d’artistes qu’il invite sur sa scène. Lequel s’équilibre entre nouveaux venus (Yan Duyvendak et ses 7 minutes de terreur martiennes coproduites par La Bâtie, Valentine Sergo et cet Au bord du monde des requérants d’asile, Marion Duval et ses Vanitas créées en 2011 à Lausanne ou Claude-Inga Barbey et sa Laverie Paradis fraîchement sortie du tambour), résidents à soutenir (l’équipe du Ressemblement qui propose Jeunesse 2014, Marie Fourquet qui conduit sa Mercedes Benz W123 ou Latifa Djerbi qui affirme L’improbable est possible…), et fidélités au long cours (aux quatre drôles du collectif belge tg STAN, à L’Alakran et sa Maison d’antan, à Marielle Pinsard, Angélica Lidell et ce Ping Pang Qiu venu d’Avignon, à Michel Deutsch qui revient sur La Chinoise de Godard, ou Judith Depaule qui scrute les sportives dans Corps de femme…).

Théâtre Saint-Gervais Programme complet au 022 908 20 43 et sur www.saintgervais.ch. (TDG)

Créé: 14.06.2013, 09h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les cent jours de Trump
Plus...