L’opéra, un œil rivé vers les astres

Décryptage d'une oeuvreL'affiche de la saison 2017-2018 du Grand Théâtre vous regarde et vous mène dans l'espace.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Si tu plonges longtemps ton regard dans l’abîme, l’abîme te regarde aussi», disait Nietzsche. En observant l’affiche de la prochaine saison du Grand Théâtre – que la maison lyrique a accepté de nous livrer en primeur une semaine avant la présentation de l’exercice 2017-2018 – on ne peut s’empêcher de penser à l’aphorisme du philosophe à la moustache débordante. Sans doute parce que le support visuel en question offre une mise en abyme aboutie, à travers laquelle l’objet qu’on observe nous observe à son tour. Et que l’infini de l’espace, avec ses galaxies et ses étoiles, s’interpose dans ce jeu de regards.

Avec cet iris traversé par les astres, on trouve le principal trait distinctif du message que veut faire passer le Grand Théâtre. L’identité de l’institution s’y déploie ainsi, en gardant en ligne de mire un seul objectif: celui d’attirer le public, de le convaincre de s’abonner à la saison ou d’en suivre une partie de ses contenus. Une opération de séduction délicate, qu’il faut aborder avec des idées fortes. Le concepteur de l’image, Aimery Chaigne, responsable de la création visuelle au Grand Théâtre, le souligne d’ailleurs: «En concevant l’affiche, je me détache des contenus artistiques de la saison, des œuvres qui y seront représentées, et je me concentre sur un concept. L’espace entendu comme lieu et temporalité s’est imposé comme piste de départ. L’idée de l’œil est arrivée plus tard, comme élément puissant, qui interpelle et focalise les regards du public.»

Alors, cette voûte céleste, une symbolique d’ouverture vers tous les possibles? C’est une des interprétations possibles. Aimery Chaigne préfère laisser à chacun un espace personnel d’explication à ce regard intense. On notera encore que le spectre de couleurs choisi par le créateur renvoie lui aussi au monde de la scène. Le rouge intense? Il accompagne depuis plusieurs années déjà les publications du Grand Théâtre; il rappelle plus généralement le rouge des rideaux et des sièges. Le halo de jaune sur l’œil symbolise, lui, la présence des projecteurs. Tout un univers se retrouve ainsi concentré dans un iris, dans une métaphore incisive.

(TDG)

Créé: 20.04.2017, 18h28

L’espace pour iris. Si l’œil est le miroir de l’âme, celui que le Grand Théâtre dirige vers le public laisse apercevoir des bribes d’infini vers lesquelles on est appelé à plonger. Ce regard mutant, où l’iris a laissé la place à un ensemble de corps célestes variés (nébuleuses et étoiles s’y côtoient), intrigue et interpelle. D’autant que la sophistication graphique qui le caractérise contraste avec la simplicité chromatique qui le borde. Ce jaune chaleureux, tout aussi artificiel, a le pouvoir de nous garder ancrés sur Terre.

Un trait de maquillage. Le monde de l’opéra ne serait rien sans l’artifice, sans la sophistication d’un costume, d’un élément de décor, d’un maquillage marquant. C’est ce que rappelle ce trait noir court et simple qui serpente vers la joue. Dans son mouvement ondoyant, on y trouve représentées les émotions (les larmes?) que cet art scénique peut susciter.

Un logo géométrique. Un carré et trois triangles juxtaposés et formant une étrange figure. Qu’est-ce donc que ce symbole posé au-dessous du logo traditionnel du Grand Théâtre? Il résume d’un trait graphique sobre le siège actuel et éphémère de la maison lyrique: l’Opéra des Nations. Conçu la saison passée, il disparaîtra en 2018, lorsque le bâtiment historique de la place Neuve rouvrira ses portes. R.Z.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Fête de la musique
Plus...