Angela Gheorghiu, des éclairs intermittents

LyriqueLa diva roumaine a fait de son récital genevois la démonstration économe de son talent. Une apparition qui laisse sur sa faim.

La soprano roumaine Angela Gheorghiu, une des grandes figures dans le paysage lyrique.

La soprano roumaine Angela Gheorghiu, une des grandes figures dans le paysage lyrique. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans ses robes aux couleurs tapageuses, enchaînées au rythme des nombreux interludes du récital; dans sa gestuelle et dans ses expressions cabotines; dans son port avenant et dans ses sourires entendus, le public du Grand Théâtre a retrouvé mercredi soir tout ce qui fait d’Angela Gheorghiu une diva glamour. Pour ses débuts à Genève, la soprano roumaine a laissé derrière elle une trace qui renvoie – du moins pour ce qui est de l’allant et des apparences – aux temps où les cantatrices déchaînaient les passions, divisaient les foulent et généraient des clans aguerris d’adorateurs.

En observant la cantatrice invitée par le Cercle du Grand Théâtre, on a cru parfois retrouver l’âge des Callas, et face à cette résurgence on aurait été presque prêt à s’extasier si tout cela ne relève au fond d’un excès d’émulation. Angela Gheorghiu à Genève, cela a été tout d’abord un programme porté par des airs que personne n’ignore: du «Lascia ch’io Pianga», extrait du Rinaldo de Haendel, au «Che farò senza Euridice» de l’Orfeo ed Euridice de Gluck; de l’«Habanera» de Carmen de Bizet au «Ebben? Ne andrò lontana», tiré de La Wally de Catalani. Ce qu’on en retient? Le sentiment que cette voix extraordinaire, voluptueuse et précise, au timbre suave et à l’agilité décoiffante, n’a donné d’elle que de rares aperçus. Souvent en retrait – le frein à main tiré, aurait-on envie de dire –, Gheorghiu n’a réservé ses rares lâcher prise que pour les finals des airs, lorsqu’il s’agissait de conquérir l’applaudissement («Tu che di gel sei cinta», Turandot de Puccini, notamment). Un sentiment d’intermittence de génie, donc, qu’un Orchestre de la Suisse romande plutôt terne n’a pas réussi à estomper. (TDG)

Créé: 14.05.2015, 17h50

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après le vote sur les tarifs des TPG
Plus...