Il y a eu de la pluie à Paléo, mais restent les étincelles

39e éditionLe directeur Daniel Rossellat a tiré la prise dimanche de la 39e édition du festival, plébiscitée par 230 000 spectateurs nullement intimidés par les précipitations abondantes tombées sur l’Asse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A peine le temps de lui poser la question que Daniel Rossellat répond dans un sourire. «J’ai l’habitude de vivre le moment présent. Je me tourne vers le futur. Je suis très peu dans la nostalgie: il reste un dimanche à expérimenter, le dernier jour de l’édition 2014, avec de belles choses à découvrir pleinement.» Le dernier point de presse à peine terminé dimanche, le directeur et fondateur du Paléo Festival s’en est allé zigzaguer une fois encore à travers le terrain de l’Asse, pour ressentir «l’expérience du spectacle» et rencontrer des gens, des connus et des anonymes parmi les 4800 bénévoles de son organisation. A ces derniers, son discours tient en un mot. «Merci!» pour le travail accompli, dantesque, les responsabilités assumées au plus fort des trombes d’eau.

Un décor décalé

Il n’a pas neigé, mais il a bien plu. Ce n’est pas une année record mais il est tombé de sacrées «roilles» sur le terrain de l’Asse. En six jours, 56 mm de précipitations ont noyé la plaine. Mais les 230 000 spectateurs annoncés (le festival se jouait à guichets fermés) sont bel et bien venus, même s’ils ont moins consommé (–10% sur le chiffre d’affaires, sans conséquence assure-t-on). «Ils sont restés fidèles», se réjouit Daniel Rossellat, qui relève une fréquentation exceptionnelle des différentes scènes.

Tout s’est déroulé sans soucis majeurs, à entendre les organisateurs, qui tressent des lauriers aux responsables de la mobilité douce. «Nos efforts paient, on est passé de 17-20 000 véhicules il y a dix ans encore à 12-15 000 cette année.» Le festivalier 2014? C’est toujours la même chanson, «d’avoir le cul posé/dans l’herbe tendre», mais il jouit d’abord du bonheur les pieds dans la gadoue puis la paille (350 tonnes disséminées par les agriculteurs associés au Paléo, auxquelles s’ajoutent 300 m3 de sable, graviers et copeaux de bois), le nez en l’air. «Ce qui m’a marqué, reprend Daniel Rossellat, ce sont toutes ces images qui nous font lever les yeux et oublier qu’on a les pieds dans la boue.» Il pense à ce qui s’est passé sur les scènes («l’élément moteur des festivaliers»), mais pas seulement. «Il y a tout le reste, la dimension sociale du Village du Monde et la grande roue du projet Caravantour de la Haute Ecole spécialisée de Suisse orientale (HES-SO), le décor décalé, surprenant et magnifique de la Ruche», l’île du cirque et des arts de la rue, le monde de tous les possibles.

Le meilleur du festival

Il faut parler évidemment de musique. 257 spectacles ont été joués en six jours sur les six scènes de Paléo. Pour le comité de programmation, Jacques Monnier partage un bilan «forcément subjectif». En tête vient Stromae. Evénement exceptionnel, un concert «historique». «Il a réuni 50 000 personnes. Ce jeune homme a tout pour lui», dit Jacques Monnier, qui en connaît un brin. Après le groom belge, Elton John a confirmé «son statut de légende» et Julien Doré proposé «un show magnifique». Viennent des jeunes et moins jeunes, des «amis du festival». Jacques Monnier songe à Maxime Le Forestier et Bernard Lavilliers, le rock engagé de Skip The Use, le hip-hop d’Akua Naru ou des Young Fathers: les musiques urbaines à l’enseigne du Village du Monde.

Développement dans nos éditions papier, électronique et tablettes du lundi 28 juillet 2014

Le best of de la semaine en vidéo


Paleo 2014: Best of de la semaine par paleo (TDG)

Créé: 28.07.2014, 09h18

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Macron vainqueur
Plus...