Emmanuelle Dorsaz: «Sous cette forme, Electron est mort»

BilanPour sortir des chiffres rouges, le festival genevois, qui a clos dimanche sa 14e édition, doit faire sa mue.

Il a manqué un millier de spectateurs pour que le dernier festival ne soit pas déficitaire.

Il a manqué un millier de spectateurs pour que le dernier festival ne soit pas déficitaire. Image: Steeve iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Electron terminé, sa directrice ressent «un fort sentiment de schizophrénie». Emmanuelle Dorsaz: «L’ambiance n’a jamais été aussi incroyable que cette année, pleine de gaieté et d’énergie positive. Le public était enthousiaste, absolument ravi. Et pourtant nous sommes dans les chiffres rouges. Il nous fallait 16 000 spectateurs, il nous en manque un millier.»

C’est la deuxième année consécutive que le festival genevois, qui est l’un des plus importants rendez-vous de Suisse consacré aux musiques électroniques et numériques, plonge en négatif. «Nous étions déjà en configuration réduite - et en déficit - en 2016, note la cheffe de bande. Il est clair pour nous aujourd’hui que sous cette forme, Electron est mort.»

Faut-il changer de dates? de salles?

Au sein de la direction du festival, on est donc en pleine cogitation: faut-il changer de dates? «Ces quatre jours de congé à Pâques, au début, étaient formidables. Mais en 2016, il y a eu peu de monde le jeudi. Cette année, c’est dimanche que les gens ne sont pas venus. Alors oui, peut-être faut-il revoir les dates. Ou les salles», énumère Emmanuelle Dorsaz. Les responsables sont prêts à brasser toutes les cartes. Pour certains férus de musique, Electron est «trop pointu». Pour d’autres, «pas assez»… Un grand sondage effectué durant cette 14e édition devrait permettre de tirer des conclusions utiles à la conduite des affaires.

Et que souhaite la Ville de Genève, seul bailleur de fonds publics? «Nous sommes au bénéfice d’une convention quadriennale, souligne la directrice, et touchons 200 000 francs pour le festival, 100 000 francs pour l’exposition. Donc pour 2018, le financement d’Electron est encore assuré formellement. Mais nous allons discuter pour savoir si l’on peut encore y aller pour un an: chaque fois que nous avons connu des déficits, nous les avons absorbés avec les autres activités de notre association, Headfun: cours pour le DIP, divers mandats comme le 1er août, etc.»

La mort des festivals de moyenne envergure Les responsables songent aussi à de nouvelles sources de financement. Mais sans se montrer défaitiste, force est de constater que «tous ces festivals de moyenne envergure disparaissent les uns après les autres, déplore la directrice d’Electron, comme Pully For Noise (dont la 20e et dernière édition s’est tenue l’an dernier, ndlr) ou Electrosanne (disparu en 2015 après 10 éditions, ndlr). Nous ne sommes pas une énorme machine, nous ne sommes pas tout petits non plus.» Des changements d’échelle pourraient s’imposer d’eux-mêmes en 2018.

(TDG)

Créé: 20.04.2017, 18h04

Articles en relation

Dans l'enfer d'Electron, l'amour t'attend

Reportage Après quatre nuits, le festival relâche ses visiteurs. Ce qu’on en retient? Des bars aux dancefloors, beat et séduction sont rois. Plus...

Techno résurrection

Arts et scènes Jeudi à Electron, la DJ britannique Rebekah livrait ses beats bombardiers. On admire et on s’interroge: qu’est-ce qui séduit le public? Immersion en compagnie du Genevois Dachshund. Plus...

Techno stars et autres vedettes électroniques en ascension

Concerts Black Coffee, Booka Shade, Rebekah, Chris Liebing: du 13 au 16 avril, le festival Electron se branche sur les courants dans l’air du temps. Plus...

La pop en quête de divin

Décodage Image Pour sa 14e édition, Electron met un christ sur son affiche. Transgressif? Avant tout marketing! Plus...

Pour sauver sa peau, Electron mise sur la religion techno

Festival En difficulté financière, le rendez-vous de l'électronique joue son va-tout. La 14e édition, en avril, sera la bonne. Ou la dernière... Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après le vote sur les tarifs des TPG
Plus...