Pas de commémoration internationale pour 14-18

HistoireLes Européens «continuent à envisager cet événement transnational dans le cadre étroit de leurs mémoires nationales», constate un historien australien.

Des soldats français durant la bataille de Verdun en 1916.

Des soldats français durant la bataille de Verdun en 1916. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une Europe secouée par la crise et le doute s'apprête à commémorer en 2014, en ordre dispersé, le centenaire de la première guerre mondiale.

L'idée forte d'une commémoration internationale à Sarajevo, où l'assassinat le 28 juin 1914 du prince héritier autrichien François-Ferdinand par le nationaliste serbe bosniaque Gavrilo Princip fut l'étincelle qui déclencha la guerre, a rapidement été abandonnée, faute de consensus.

Seuls quelques «événements culturels» européens devraient être organisés en juin dans la capitale bosnienne, où les différentes communautés demeurent divisées sur la lecture de cet attentat.

Gauck en France en août

Les commémorations politiques ont été rapatriées dans les deux pays théâtre des combats sur le front ouest: la France, où des «délégations» des ex-belligérants ont été conviées à une «grande manifestation pour la paix» le 14 juillet, et la Belgique, envahie par les Allemands le premier jour de la guerre le 3 août 1914.

Le président allemand Joachim Gauck sera en France le 3 août pour marquer «dans la gravité et le recueillement» avec son homologue François Hollande le début du conflit. Une cérémonie germano-britannique est aussi prévue le lendemain en Belgique, mais aucune manifestation collective des dirigeants européens n'a été annoncée.

Un siècle après la guerre, les Européens «continuent à envisager cet événement transnational dans le cadre étroit de leurs mémoires nationales», constate l'historien australien John Horne, professeur à l'Université de Dublin et spécialiste internationalement reconnu de la Grande Guerre.

Pays européens ruinés

Souvent considérée comme la première «guerre totale» de l'histoire, ce conflit a aspiré près de la moitié de la population mondiale dans un cycle de violence sans précédent par son ampleur et son intensité. Il fera dix millions de morts et vingt millions de blessés sur les champs de bataille, et des millions de victimes parmi les populations civiles occupées, affamées ou déportées, dont un million d'Arméniens massacrés par les forces turques.

Quatre des plus grands empires de l'époque (russe, allemand, austro-hongrois et ottoman) disparaîtront dans la tourmente, redessinant la carte politique du monde avec l'apparition de dizaines de nouveaux pays et d'idéologies nouvelles: communisme, fascisme, nazisme, anticolonialisme, pacifisme.

Vainqueurs ou vaincus, les Européens sortiront du conflit ruinés économiquement, politiquement et moralement, laissant émerger une nouvelle superpuissance économique, et bientôt militaire et politique, qui dominera le 20e siècle: les Etats-Unis.

Guerre oubliée outre-Rhin

De ce naufrage collectif, les Européens et leurs alliés conservent une perception très variable selon leur histoire: du souvenir entretenu et vivace d'une victoire juste malgré son coût effroyable chez Britanniques et Français, jusqu'à un oubli quasi-total en Allemagne ou en Russie, où le cataclysme de la 2e Guerre mondiale a occulté, pour des raisons opposées, le souvenir de la première.

Sans surprise, la France, la Grande-Bretagne mais aussi l'Australie et la Nouvelle-Zélande, deux nations dont l'identité s'est forgée dans le sang de la Grande Guerre, vont accorder une large place au centenaire.

La Serbie, de son côté, veut profiter de l'événement pour présenter «la vérité et les faits» sur le déclenchement du conflit, dont elle rejette la responsabilité sur «la politique hégémonique de l'Autriche-Hongrie» plutôt que sur l'attentat de Sarajevo.

L'Allemagne, l'Italie ou la plupart des pays d'Europe centrale, en revanche, n'ont pour l'instant guère manifesté d'enthousiasme pour cet anniversaire toujours très ambivalent pour eux. (ats/nxp)

Créé: 29.12.2013, 09h26

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Canicule: la riposte
Plus...