Emmanuelle Houdart se met en scène

ExpositionSes personnages grandeur nature campent à la Bibliothèque de la Cité.

Emmanuelle Houdart devant la galerie de portraits tirés de ses albums et agrandis pour les besoins de cette exposition très bien pensée et réalisée.

Emmanuelle Houdart devant la galerie de portraits tirés de ses albums et agrandis pour les besoins de cette exposition très bien pensée et réalisée. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des racines et des ailes! Tel aurait pu être le titre de l’exposition d’Emmanuelle Houdart, tant son œuvre est le fruit de ces deux extrêmes: ce qui permet de s’ancrer solidement à la terre et ce qui aide à s’envoler au loin. L’intitulé étant déjà pris, ce sera Ombres et merveilles, escale en terre helvète, pour tenter de résumer l’univers insolite de cette artiste d’origine valaisanne, installée à Paris depuis vingt ans et qui compte à son actif une trentaine d’albums pour la jeunesse.

«Des albums pour tous», tient à préciser celle qui n’aime pas spécialement être cataloguée. D’ailleurs, son travail ne se résume pas facilement ni ne se range dans une seule case: l’illustratrice crée des personnages mêlant animaux et humains, monstrueux et merveilleux, rassurant et inquiétant. Le tout dessiné avec des traits fort précis, avec beaucoup de rouge sang et de vert feuillage, plus de nombreux objets symboliques.

Exprimer les émotions

Devant l’exposition qui lui est consacrée à la Bibliothèque de la Cité, Emmanuelle Houdart ne cache pas son bonheur. «C’est exceptionnel de trouver des gens à ce point respectueux de ton travail et qui font tout pour le mettre en valeur!» Cette reconnaissance est d’autant plus importante à ses yeux que ses racines sont en partie à Genève.

De son Valais natal, elle a gardé l’odeur des sapins et de la neige qui fond, les ciels qui rougeoient. La force de la nature, mais aussi le poids des traditions. Histoire de s’évader, elle débarque au bout du lac. De ses sept années genevoises, elle a gardé le souvenir de sa vie aux Beaux-Arts et de ce qui tourne autour. «J’y ai travaillé la peinture, les personnages. A l’époque, c’était assez hard! Tout ce que je ressentais était fort. Or j’ai toujours voulu exprimer des émotions avec le plus de justesse, de violence et d’intensité.»

Malgré les réactions épidermiques que ses créations inspirent («soit je choquais, je faisais peur ou un peu pitié…»), elle persiste. «J’ai toujours pensé, avec beaucoup de modestie, qu’il fallait que je cherche mon idée et suive mon propre chemin.»

Alors elle s’envole pour Paris, où elle finit par faire son nid. «J’ai choisi de m’épanouir dans les livres et non pas dans la peinture, car je sens instinctivement que je suis bien dans le lien avec les gens, les lecteurs, enfants et adultes, les bibliothécaires, et que j’aime ça.»

Travail «à l’archaïque»

Emmanuelle Houdart prend tout son temps pour dessiner. Car un dessin, c’est un parcours exigeant. D’autant qu’elle bosse «à l’archaïque», avec du papier et des feutres de couleur. Le crayon, elle l’utilise pour tracer le sujet, ou pour «salir» des surfaces. Elle le passe ensuite au feutre noir puis remplit de couleurs les surfaces.

Son travail précis permet ainsi l’agrandissement grandeur nature de personnages tirés de ses albums et qui accueillent les visiteurs dans la salle avant qu’ils partent fureter dans les niches abritant les dadas de l’artiste.

Celle-ci a glissé son autoportrait dans l’affiche de l’expo. Il se trouve dans le panier tenu par cet être hybride qui porte sur son dos flèches, pinceau et théière. Et qui a des racines et des ailes…


Exposition Emmanuelle Houdart: ombres et merveilles, escale en terre helvète, Bibliothèque de la Cité, jusqu’au 27 juillet, du mardi au vendredi de 10 h à 19 h, le samedi de 10 h à 17 h. Tout public, dès 8 ans. (TDG)

Créé: 19.04.2017, 10h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Macron vainqueur
Plus...