La Une | Lundi 22 décembre 2014 | Dernière mise à jour 14:20
Photographie

Le mythique Polaroid connaît un retour en grâce

Mis à jour le 10.02.2013

Le monde de la photographie surfe sur la vague vintage et voit refleurir les vieux appareils argentiques ainsi que la célèbre marque Polaroid qui fête cette année ses 75 ans après avoir failli disparaître.

Durant ses 75 ans d'existence, la Polaroid Corporation en a vu de toutes les couleurs.

Durant ses 75 ans d'existence, la Polaroid Corporation en a vu de toutes les couleurs.
Image: ARCHIVES/AFP

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Résistance au tout-numérique ou simple retour aux sources, la photographie surfe sur la vague vintage et voit refleurir les vieux appareils argentiques ainsi que le mythique Polaroid. Cette dernière marque fête cette année ses 75 ans et a lancé une version numérique de son boîtier phare.

«Lo-fi» pour «low fidelity», en opposition à «hi-fi»: c'est ainsi que se définit cette photographie aux clichés bruts ou expérimentaux, bien loin des images parfaites issues d'appareils numériques sophistiqués, ou du vintage artificiel de l'application Instagram dont les filtres patinent à l'envi les photos.

«Cet engouement pour le vintage prend sa source dans le mouvement Lomographie, dont les appareils emblématiques offrent une approche plus instinctive de la photographie», résume Jacques Hémon, directeur de l'Observatoire des professions de l'image.

Le «Lomo» - de la marque soviétique Leningradskoïe Optiko Mekhanitchéskoïe Obiedinenie (Union des Optiques et Mécaniques de St Petersbourg) - est un appareil argentique compact rudimentaire produit dans les années 1980. Son retour en grâce est à l'origine du mouvement «lomographie», considéré comme un art photographique en soi et qui ne cesse de croître depuis une dizaine d'années.

Couleurs saturées, image floue, grain hasardeux, réglage manuel: leur signature expérimentale fait s'arracher à prix d'or les Lomo sur internet ou dans les brocantes, tout comme d'autres modèles d'époque devenus cultes, le Diana et le Holga, initialement commercialisés à Hong Kong et plébiscités par les puristes de la photographie «lo-fi».

«La lomographie a recyclé le désir de repères autour d'une photographie qui a pu être oubliée par les générations «digital natives» (nées dans un environnement numérique), qui ont toujours pu photographier frénétiquement grâce au numérique: privées d'une culture technique, elles se réintéressent aujourd'hui aux valeurs fondatrices de la photo», estime Jacques Hémon.

Le projet impossible

Même succès pour le Polaroid, légendaire boîtier-cracheur de photo papier, un des symboles des années 1970, qui «revient aussi sur le devant de la scène grâce à son image imparfaite imprimée dans la seconde, et qui matérialise l'inspiration du moment», résume Jacques Hémon.

«On a beau être habitués aux photos imprimées, voir se matérialiser une image reste fascinant. Sans compter le charme et l'attrait pour une image qui pour une fois n'est pas sur un écran» d'ordinateur ou d'appareil numérique, selon lui.

Durant ses 75 ans d'existence, la Polaroid Corporation en a vu de toutes les couleurs: son fondateur américain Edwin H. Land commercialise dès 1948 un appareil au procédé unique de développement instantané, qui se vendra à plusieurs dizaines de millions d'unités dans le monde.

Mais la société s'endette, négocie mal le tournant vers le numérique et fait faillite en 2007. Une poignée de salariés de l'usine d'Enschede aux Pays-Bas refuse cependant de jeter l'éponge et rachète les machines pour relancer la production de films.

«The Impossible Project» est né: c'est sous ce nom qu'en 2010 le collectif commercialise ses premiers films, à la formule chimique revisitée, pour les appareils Polaroid.

Le succès est immédiat: 500'000 packs (contenant 8 films chacun, au prix moyen de 20 euros) ont été vendus en 2010, et près d'un million en 2012. Cerise sur le gâteau, les films Impossible project ainsi que de vieux appareils Polaroid qu'elle remet en état, sont à présent commercialisés par le site de Polaroid. La marque a même été reprise en 2009 par des fonds d'investissement.

Et pour mettre d'accord photographes new age et vintage, Polaroid a lancé il y a quelques mois un appareil compact numérique intégrant l'impression papier instantanée... actuellement en rupture de stock sur le site officiel. (ats/Newsnet)

Créé: 10.02.2013, 14h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment